Le jour où Bigard et Baffie, encore inconnus, ont amadoué des policiers

  • A
  • A
Partagez sur :

Il y a trente ans, les deux humoristes roulaient en scooter, n'étaient pas célèbres mais avaient déjà du bagout. Pratique quand on se fait arrêter pour avoir pris une rue en sens interdit.

Punchlines, blagues et autres vannes sont dans l'ADN de Baffie et Bigard. Le premier, invité dans l'émission Il n'y a pas qu'une vie dans la vie, a raconté une petite anecdote du passé des deux amis, à l'époque où il était l'auteur de Jean-Marie Bigard et qu'ils n'étaient pas encore célèbres.

"Je les repère !". Dans le travail, Laurent Baffie poussait Jean-Marie Bigard à aller toujours plus loin. Mais dans la vie aussi. Il y a trente ans, les deux humoristes se promenaient en mobylette : "On arpentait Paris, on se baladait." Bigard est en Solex et Baffie en Peugeot 102, avec en plus des béquilles et un tendeur parce qu'il s'était cassé la jambe. A un moment, Laurent Baffie veut prendre une rue à contresens. Bigard tente de l'en dissuader en lui disant : "T'es fou, il y a des flics !" Mais Laurent Baffie insiste en répliquant : "T'inquiète pas, moi les flics, je les repère !"

Un baratin d'une demi-heure. Sauf que son flair n'était visiblement pas de la partie ce jour-là : au bout de la rue, un barrage de police cueille les deux audacieux. "Là, Jean-Marie, sous mes yeux ébahis, entreprend d'expliquer qu'un jour on sera célèbres, que lui est comique en devenir et que moi, je suis un auteur qui va exploser. Je n'y croyais pas une seconde mais il les a baratiné pendant une demi-heure. Et à la fin de la demi-heure, les flics nous ont laissé partir alors qu'on n'était pas bien du tout." Finalement, l'avenir n'a pas fait mentir les deux comiques.