Le Grand frère, une émission truquée ?

  • A
  • A
Le Grand frère, une émission truquée ?
Partagez sur :

Le Parisien s’est procuré un document qui prétend que l’émission de TF1 est truquée. La chaîne dément.

Un ado violent, un éducateur qui le remet dans le droit chemin, une famille qui se réconcilie… Voila ce qui constitue en général l’émission Pascal, le grand frère, diffusée sur TF1 depuis 2006. Il s’agit d’une télé-réalité, l’équipe suit une famille dans son quotidien et diffuse les faits les plus marquants. Sauf que l’émission laisserait très peu de place à la réalité.

Selon Le Parisien, l’émission Pascal, le grand frère serait extrêmement scénarisée, contrairement à ce que le programme laisse croire aux téléspectateurs. Le journal s’est procuré un document, envoyé à Pascal l’éducateur quelques jours avant le tournage. Il relate avec précision des situations qui devront se produire : "22 heures. Dylan espionne derrière la porte de la chambre de sa mère". Le scénario final est même prévu, avec excuses du jeune ado rebelle et demande en mariage du beau-père à la maman.

Edouard Boccon-Gibod, directeur général de TF1 Production, a démenti, dans l'émission de Jean-Marc Morandini sur Europe 1, prévoir l’émission en avance. "Rien n’est scénarisé. Ce document est un document de synthèse. Il retrace la pré-enquête, avant le tournage, mais également ce qui s’est passé pendant". L’animateur Pascal aurait donc reçu des indications générales sur la famille deux jours avant le tournage. Mais le déroulement précis de la journée n’aurait été rajouté qu’après coup.

Cette affaire sur Pascal, le grand frère n’est pas le premier cafouillage qui touche la télé-réalité. En 2008, la production de Pékin Express avait été accusée de favoriser certaines équipes. M6, qui diffusait l’émission, n’avait finalement jamais portée plainte. Les téléspectateurs ne se sont pourtant pas détournés de Pékin Express, qui avait réalisé de très bonnes audiences lors de la saison suivante.

Une affaire de trucage de la réalité serait ainsi beaucoup moins préjudiciable à un programme qu’un manque de rebondissement au fil des épisodes. Car depuis l’apparition du genre en 2001 avec Loft Story, les téléspectateurs ne sont plus aussi passifs. Et ils connaissent les poids de l’image et du montage dans ce type d’émission.