Le festival de Ramatuelle "rappelle la pluralité du théâtre"

  • A
  • A
Le festival de Ramatuelle "rappelle la pluralité du théâtre"
Le festival de Ramatuelle se déroullera du 27 juillet au 12 août, en partenariat avec Europe 1.
Partagez sur :

INTERVIEW  – Du 27 juillet  au 12 août, le Var accueille le festival de Ramatuelle. Une programmation passée en revue par son directeur artistique, Michel Boujenah.

Ramatuelle fait son festival. Du 27 juillet au 12 août, cette petite ville du Var, nichée face à la Méditerranée, accueille un festival de musique, de théâtre et de spectacles humoristiques, dont Europe 1 est partenaire. Michel Boujenah, directeur artistique du festival, nous décrit sa vision de Ramatuelle.

La programmation est très hétéroclite. Le chanteur -M- partage l’affiche avec Laurent Gerra, Enrico Macias ou Fanny Ardant et Nicolas Duchauvelle, interprètes d’une pièce écrite par Marguerite Duras.  L’hétérogénéité est-elle la marque de fabrique du festival ? 

Le théâtre, ce n’est pas ça ou ça. C’est ça ET ça. A Ramatuelle, Fanny Ardant, Marguerite Duras et Enrico Macias cohabitent. J’espère que le public qui verra Enrico Macias ira aussi voir du Duras. C’est l’idée de Ramatuelle : rappeler la pluralité du théâtre.Il ne doit pas y avoir d’ostracisme ni de chapelle. J’essaie d’apporter cette touche au festival. Mon idée, c’est de dire que tout le monde a le droit de jouer à Ramatuelle. 

Vous serez aussi sur scène, pour  interpréter un spectacle, « Ma vie rêvée ». Quelle est  votre vie rêvée ? 

Ma vie rêvée, c’est sur scène. Parce que sur scène, tout est possible, et qu’en plus, personne ne meurt. La preuve : le mort vient saluer le public à la fin de la pièce. Nos personnages sont éternels. Sur scène, tout est réalisable : je peux dire que le Front National n’a fait qu’un petit score aux élections, un score qui ne fait pas peur. J’ai besoin de rêver. Le monde serait différent si on ne rêvait pas. 

Au fond, je ne suis qu’un clown, et mon spectacle a un rôle cathartique. Par exemple, lorsqu’un clown tombe d’une chaise, il rit. Lorsqu’il s’agit d’une personne normale, elle a mal ! Ca rend la souffrance supportable.

Le festival de Ramatuelle, du 27 juillet au 12 août, en partenariat avec Europe 1.