Larry Clark : Bertrand Delanoë se défend

  • A
  • A
Larry Clark : Bertrand Delanoë se défend
@ Courtesy of the artist, Luhring Augustine, New York and Simon Lee Gallery, London
Partagez sur :

Accusé de "censure", le maire de Paris défend sa décision d’interdire l’exposition aux mineurs.

Une "censure", une "attaque contre la jeunesse"… Depuis jeudi, une partie de la presse et du monde politique ont attaqué la décision de la mairie de Paris d’interdire la rétrospective Larry Clark aux moins de 18 ans.
Bertrand Delanoë, à l’origine de cette décision, défend cette interdiction. Pour lui, au contraire, il soutient l’artiste. "C’est la première fois que l’œuvre de Larry Clark peut être montrée dans sa totalité, y compris avec des photos litigieuses", explique-t-il à Europe 1.

"C’est un acte antinomique avec la censure que de montrer tout":

Bertrand Delanoë s’en prend également à la Une de Libération de jeudi, qui avait publié l’une des photos de Larry Clark en s’insurgeant contre l’interdiction. "Les personnes qui m’accusent de ‘tartufferie’, ou ils n’ont pas vu les photos, ou ils ne les publient pas. La photo que montre le journal n’est pas une des photos litigieuses".

"Il y a des lois"

La rétrospective Larry Clark contient en effet quelques photos beaucoup plus crues et violentes que celle montrées dans la presse : des scènes de masturbation, une jeune femme enceinte qui se drogue, suivie d’une photo de son bébé dans un cercueil. "Il y a des lois", continue Bertrand Delanoë. "Elles indiquent, qu’il y a des choses qui doivent être interdites au moins de 18 ans".

Les avis tranchés des internautes

Les internautes aussi ne sont pas d’accord. Sur Europe1.fr, certains soutiennent Bertrand Delanoë : "Arrêtons de banaliser la violence, la pornographie, la drogue. Sous prétexte de liberté d'expression on montre des choses bien glauques".
D’autres, au contraire, veulent défendre l’artiste. "Larry Clark est un immense artiste qui, comme les plus grands, observe une réalité de notre société pour nous ouvrir les yeux. C'est l'essence de l'art et de son histoire. Et comme toujours ceux qui ont peur de voir une réalité en face partiront en courant avec des tas d'arguments moraux hors sujet.", explique ainsi un internaute.

Du monde dès l’ouverture

L’exposition a ouvert vendredi au Musée d'Art Moderne de Paris, dans le calme et sans incident. Deux heures après son ouverture, le public a toutefois répondu présent. "Il y a plus de monde que d’habitude", communique le musée. Même si, attirer le public avec cette polémique, "ce n’est pas vraiment ce qu’on cherchait".

La rétrospective se tient jusqu’au 2 janvier 2011.

Témoignez - Que pensez-vous de l’interdiction aux moins de 18 ans de l’exposition Larry Clark ?