Laferrière : "j'ai fait le livre qu'il fallait"

  • A
  • A
Laferrière : "j'ai fait le livre qu'il fallait"
Partagez sur :

Dany Laferrière est à la fois romancier, scénariste et cinéaste. Son oeuvre pose la question de l'identité et de l'exil.

Le prix Médicis 2009 du roman a été attribué à l'écrivain canadien d'origine haïtienne Dany Laferrière pour L'énigme du retour (Grasset), a annoncé mercredi le jury. Dany Laferrière a été récompensé au 1er tour par 4 voix contre une voix à Alain Blottière pour le Le tombeau de Tommy.

Le romancier a indiqué avoir fait "le livre qu'il fallait" et s'est dit très heureux de revoir le Médicis, "un prix que j'aime".

Le prix du roman étranger a, lui, été attribué à Dave Eggers pour Le grand quoi (Gallimard) au 1er tour à l'unanimité et le Médicis Essais est venu récompenser Alain Ferry pour Mémoire d'un fou d'Emma (Seuil).

Dany Laferrière, est né en 1953 à Port-au-Prince et vit entre Montréal et Miami. Intellectuel lié à l'espace nord-américain, il est à la fois romancier, essayiste, scénariste et cinéaste. Son oeuvre pose la question de l'identité et de l'exil.

D'abord journaliste en Haïti, il a quitté l'île en 1974 pour s'installer au Québec après l'assassinat d'un ami journaliste par les hommes de main du dictateur Jean-Claude Duvalier. Son premier roman, Comment faire l'amour avec un nègre sans se fatiguer, paru en 1985, a rencontré un large succès. Traduit dans plusieurs langues, il a également été adapté au cinéma en 1989.

Le romancier a publié depuis une vingtaine de livres, dont Cette grenade dans la main du jeune Nègre est-elle une arme ou un fruit ?, prix RFO 2002, Pays sans chapeau ou Vers le sud (2006), également adapté au cinéma.

Dans L'énigme du retour, l'auteur retourne en Haïti à la suite de la mort de son père, qui avait été exilé d'Haiti par le dictateur Papa Doc, le père de Jean-Claude Duvalier. Une fiction dont le titre fait référence au livre de l'écrivain britannique V.S. Naipaul, L'énigme de l'arrivée, dans laquelle Dany Laferrière mêle pour la première fois ses propres poèmes.

> Le Goncourt couronne Marie N'Diaye