"La légende de Bruno et Adèle" et "Heather, par-dessus tout" : les coups de cœur des libraires

  • A
  • A
Partagez sur :

Chaque week-end, deux libraires partagent leurs coups de cœur, dans "La voix est livre" avec Nicolas Carreau.

L'AVIS DE

Parmi les centaines de nouveaux livres de la rentrée littéraire, les libraires ont extrait leurs pépites. Cette semaine, Anaïs Ballin, de la librairie "L'écriture", à Vaucresson, et Christophe Daniel, de la librairie "La 25e heure", à Paris, nous dévoilent leurs choix, dans La voix est livre, sur Europe 1.

La légende de Bruno et Adèle d'Amir Gutfreund chez Gallimard

"Ce roman est un faux polar. Ça se passe à tel-Aviv. Un tueur en série y sévit, il commet des meurtres particulièrement sanglants et auprès des victimes, on découvre à chaque fois des phrases mystérieuses peintes. Un commissaire, un type plus tout jeune et qui nourrit une passion pour les bons de réduction, s'entoure pour cette enquête de personnes assez improbables : un journaliste un peu en galère spécialiste des graffitis et une ado de 17 ans qui va tout de suite identifier les phrases comme étant des citations de l'écrivain Bruno Schulz. Il y a un humour dévastateur dans ce roman alors qu'il traite de choses plutôt graves : la mémoire de l'immigration juive, le destin de Bruno Schulz assassiné en pleine rue par un officier SS." (Christophe Daniel).

Heather, par-dessus tout de Matthiew Weiner chez Gallimard

"Matthiew Weiner est le scénariste entre autres de la série Mad Men. C'est son premier roman, une histoire assez sombre, assez courte, qui se lit d'un trait et qui est très efficace, on retrouve le scénariste parce que c'est implacable. Ça se passe à notre époque, dans une famille américaine dans ce qu'elle peut avoir de plus banal et de plus cliché par moments. Mark et Karen vont avoir une fille Heather qui va prendre toute la place. Lui essaye d'avoir une carrière dans la finance, elle va arrêter de travailler pour s'occuper de sa fille. A côté, on va suivre un personnage d'une autre famille, Bobby, qui grandit avec une mère complètement accro à l'héroïne. C'est très sordide. Ces deux univers vont se retrouver face à face pour une histoire de travaux que Bobby fera dans la maison des autres. On a une montée en puissance hallucinante. La narration est hyper bien construite et égratigne tout ce que ça peut sur la société américaine, le mariage, la parentalité et ça dit aussi quelque chose sur la part sombre qu'on peut tous avoir en nous et qu'on ne trouve pas forcément chez celui qui a l'air le plus sombre au départ." (Anaïs Ballin).