La grève se poursuit au centre Pompidou, huitième jour de fermeture

  • A
  • A
La grève se poursuit au centre Pompidou, huitième jour de fermeture
Le centre Pompidou est en grève depuis huit jours.@ LIONEL BONAVENTURE / AFP
Partagez sur :

Le musée a annoncé qu'il gardait ses portes closes lundi, pour le huitième jour, en raison d'une grève des personnels qui protestent contre une modification de leur statut.

Le Centre Pompidou, l'un des musées les plus fréquentés de Paris, a gardé portes closes lundi en raison d'une grève entamée le 27 mars contre une modification du statut du personnel, a annoncé le musée.
"Six agents du pôle sécurité incendie étant grévistes, nous ne pouvons ouvrir le Centre", a précisé un porte-parole de la direction. Mardi étant le jour de fermeture traditionnel du musée, les grévistes devront décider mercredi de la suite à donner à leur mouvement.

Le statut de fonctionnaire au centre des négociations. Les grévistes, répondant à l'appel des syndicats FO et UNSA, sont opposés à l'application d'un décret modifiant le statut contractuel du personnel. La loi proposée par le ministère de la Fonction publique et votée l'an dernier impose à partir du 1er avril que tous les agents nouvellement recrutés le soient sous statut de fonctionnaire, moins avantageux.

Les agents déjà en poste ne verront pas leur statut automatiquement modifié, même s'il leur est proposé de devenir fonctionnaires. L'ensemble des effectifs du musée (1.200 agents) est sous statut contractuel depuis l'ouverture du Centre il y a 40 ans.

Perte d'au moins 15.000 visiteurs par jour. Le Centre Pompidou, fréquenté par plus de 3 millions de visiteurs par an, propose notamment en ce moment une exposition sur le peintre américain Cy Twombly (jusqu'au 24 avril). Une programmation de masterclasses, débats et fictions, "Imagine la France dès demain" prévue samedi et dimanche en collaboration avec France Culture a été déplacée à la Maison de la Radio. Chaque jour de grève représente une perte de 15.000 à 18.000 visiteurs, en incluant ceux qui se rendent à la bibliothèque, et un manque à gagner de plusieurs dizaines de milliers d'euros de recettes.