La France, son dernier film, le stop motion : Wes Anderson se confie au micro d'Europe 1

  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Partagez sur :

Le cinéaste américain était l'invité de l'émission "Un dimanche de cinéma" sur Europe 1.

INTERVIEW

Quatre ans après The Grand Budapest Hotel, Wes Anderson est enfin de retour. Cette fois-ci avec un film d'animation, L'île aux chiens. Une histoire qui se déroule au Japon, où les chiens sont envoyés sur une île pour être isolés en raison d'une grippe canine. Le réalisateur était l'invité de l'émission Un dimanche de cinéma, à l'occasion de la sortie de ce nouveau long-métrage, en salles le 11 avril.

Les chiens du roi. C'est à Londres que Wes Anderson a eu l'idée de faire L'île aux chiens, lorsqu'il travaillait sur Fantastic Mr. Fox. "Chaque fois que j'allais au studio, je passais en voiture devant une pancarte : 'the Isle of Dogs'. Aujourd'hui, c'est une aire industrielle un peu abandonnée mais à un moment, c'était là où le Roi gardait ses chiens de chasse. Et cette idée d'une île remplie de chiens m'est restée dans l'esprit", explique le cinéaste américain.

S'il s'agit d'un film d'animation, le casting n'en reste pas moins impressionnant. En effet, pour la distribution française, les acteurs qui prêtent leurs voix aux marionnettes ne sont autres que Vincent Lindon, Isabelle Huppert, Romain Duris, Louis Garrel, Daniel Auteuil, Léa Seydoux, Mathieu Amalric ou encore Yvan Attal. 

En stop motion. Au total, 1.000 marionnettes ont été utilisées (500 de chiens et 500 d'hommes), bougées millimètre par millimètre avec la technique du stop motion. "Ce sont des marionnettes qui ont un squelette et un visage très complexe, de façon à pouvoir les animer avec un grand détail", explique Wes Anderson. "L'art de ces animateurs de stop motion, qui prennent une marionnette, une voix pré-enregistrée et donnent la vie au personnage : c'est magique et unique", souligne le réalisateur. Au total, deux ans de tournage ont été nécessaires pour réaliser L'île aux chiens.

Wes Anderson et la France. Le cinéaste américain entretient un rapport particulier avec la France pour plusieurs raisons. Il explique ainsi adorer Paris. "Sincèrement, c'est l'endroit au monde où je me sens le plus chez moi", affirme le cinéaste. "C'est une ville que je mets toujours en numéro un sur mes destinations."

Outre sa passion pour Paris, Wes Anderson a collaboré à quatre reprises avec le compositeur français Alexandre Desplat. "Il est un membre de ma famille de cinéma. C'est devenu un ami très proche", confie-t-il. Et ses liens avec la France ne s'arrêtent pas là, puisqu'au micro d'Europe 1, Wes Anderson a accepté de donner un indice sur son prochain film. Et devinez quoi ? "La seule chose que je peux dire, c'est que c'est français."