La corrida, les nus et les gitans de Lucien Clergue s'exposent au Grand Palais

  • A
  • A
Partagez sur :

EN IMAGES - Le musée parisien consacre une grande exposition à Lucien Clergue, photographe et ami intime de Picasso. Un partenariat Europe 1. 

Lucien Clergue a forcé le destin à l'âge de 20 ans. Alors que le tout jeune photographe assiste à une corrida à Arles, sa ville natale, il attend Pablo Picasso à la sortie de l'arène et lui colle ses photos sous le nez. Le grand maître est ébloui par ses clichés en noir et blanc. Leur amitié durera jusqu'à la mort du peintre espagnol, vingt ans plus tard. Le Grand Palais consacre une grande exposition en hommage à Lucien Clergue, disparu en 2014, véritable "poète de la photographie" selon ses admirateurs, de Picasso à Jean Cocteau.

BD-Danse-du-mariage-gitan--

Lucien Clergue

La Grande Parade
Arles, 1955
tirage vintage
49,7 x 39,5 cm
© Atelier Lucien Clergue

 


BD-Lalaou--®Atelier-Lucien-


Lucien Clergue

Gitan lalaou
Les Saintes-Maries-de-la-Mer, 24 mai 1957
tirage vintage
24 x 30,5 cm
© Atelier Lucien Clergue

Puissance, subtilité et originalité de son œuvre. Son sujet de prédilection : les gitans, dont il a beaucoup photographié la communauté à Arles. Il capte des moments de joie, de fête, des coutumes, avec une fraîcheur incomparable. Lucien Clergue s'intéresse aussi aux saltimbanques, photographie les femmes, des nus (qui le révèlent aux yeux du grand public), la Camargue, la corrida (qu'il immortalise accroupi sous la barrière de protection de l'arène pour mettre le taureau en valeur).

Lucien Clergue réalise aussi de nombreuses séries de photos, subtiles compositions à partir de détails de paysages, ou de corps, toujours jouant sur la matière et la lumière. "Sa photographie se situe d’emblée dans le champ conceptuel, loin de la photographie humaniste française alors en cours. Son adolescence douloureuse et l’omniprésence de la mort transparaissent dans ses premières recherches", peut-on lire dans le catalogue de l'exposition. Après la Seconde guerre mondiale, Lucien Clergue photographie sa ville, Arles, en ruines, puis "sa renaissance assez joyeuse autour de la corrida", précise le commissaire de l'exposition. Lucien Clergue, les premiers albums est à découvrir au Grand Palais jusqu'au 15 février 2016. 

BD-Taureau-mourant---®Ateli

Lucien Clergue

Taureau mourant
Nîmes, 1970
tirage moderne argentique
49,7 x 40,3 cm
© Atelier Lucien Clergue


BD-Acrobate-1955--®Atelier-

Lucien Clergue - Acrobate - Arles, 1955

tirage vintage 30,1 x 24,3 cm
© Atelier Lucien Clergue



BD-La-Grande-Parade-Arles-1


Lucien Clergue

La Grande Parade
Arles, 1955
tirage vintage
49,7 x 39,5 cm
© Atelier Lucien Clergue



BD-Nu-de-la-mer-1956--®Atel

Lucien Clergue

Nu de la mer
Camargue, 1956
tirage moderne argentique
40 x 30 cm
© Atelier Lucien Clergue


BD-Langage-des-sables-37--®

Lucien Clergue
Langage des sables
Camarague,1978
tirage moderne argentique
40 x 30 cm
© Atelier Lucien Clergue

BD-Langage-des-sables-53--®

Lucien Clergue
Langage des sables
Camargue, 1972
tirage moderne argentique
40 x 30 cm
© Atelier Lucien Clergue