La 66e Mostra de Venise s'ouvre sur un scandale

  • A
  • A
La 66e Mostra de Venise s'ouvre sur un scandale
Partagez sur :

Selon certains critiques, La Mostra a tourné le dos mercredi à son image de festival de cinéma engagé en ouvrant avec "Baaria".

Pour sa 66e édition, La Mostra s'est ouverte avec "Baaria", une fresque signée Giuseppe Tornatore et financée par Silvio Berlusconi qui édulcore l'histoire tourmentée de la Sicile. "Un chef-d'oeuvre absolu que je conseille à tous les Italiens d'aller voir", c'est ainsi que le chef du gouvernement italien a décrit ce film, produit par son groupe Medusa-Mediaset pour 25 millions d'euros et déjà vendu dans le monde entier.

Le film a cependant été fraîchement accueilli, certains critiques désertant la projection de presse et estimant que La Mostra a tourné le dos, avec ce film, à sa réputation de festival engagé.

La cérémonie d'ouverture a également été marquée par la protestation d'une cinquantaine de jeunes gens contre la baisse des subventions à la culture décidées par le gouvernement Berlusconi.

Jusqu'au 12 septembre, 24 films en compétition pour le Lion d'or seront projetés au festival où sont attendues les stars Matt Damon, Julianne Moore, Eva Mendes ou encore George Clooney, à l'affiche du film "The man who stares at goats" de Grant Heslov - montré hors compétition.

Outre Tornatore, la fille du cinéaste Luigi Comencini, Francesca, dévoilera "Lo Spazio Bianco" tandis que Michele Placido (auteur de "Romanzo Criminale") montrera "Il Grande Sogno" avec Riccardo Scarmarcio.

La France est là en force elle aussi : Patrice Chéreau signe "Persécution", Claire Denis montrera "White Material". Enfin Jacques Rivette, réalisateur phare de la "Nouvelle vague", présentera à 81 ans "36 vues du Pic Saint Loup", une méditation austère et mélancolique sur les blessures du passé avec Jane Birkin et Sergio Castellitto.

Parmi les films américains en compétition, le dernier pamphlet de Michael Moore "Capitalism : A Love Story", consacré à la crise financière mondiale, est très attendu.

Un portrait au vitriol du cavaliere, "Videocracy" d'Erik Gandini est également au programme pendant la Mostra, mais dans deux manifestations parallèles, Venice Days et la Semaine de la critique.

> La Rai boycotte une bande-annonce trop "anti-Berlusconi"