L'hommage de Google à Debussy

  • A
  • A
L'hommage de Google à Debussy
@ Capture d'écran Google
Partagez sur :

Le moteur de recherche célèbre l'anniversaire de la naissance du célèbre compositeur français.

L'INFO. Régulièrement, Google adapte le logo de la page d'accueil de son moteur de recherche à l'actualité. Jeudi, le géant américain rend hommage au grand compositeur français Claude Debussy. A l'occasion de l'anniversaire de la naissance du compositeur, Google présente une animation où l'on voit la ville de Paris éclairée par la lune au son du célèbre Clair de lune.

Des études au conservatoire de Paris. Devenue le symbole de la culture française, l'œuvre de Debussy s'inscrit à cheval entre la XIXeme et le XXeme siècle. Né le 22 août 1962 à Saint-Germain-en-Laye, il étudie pendant près de 10 ans au Conservatoire de Paris. Ses premières compositions remontent à 1879, mais le jeune compositeur a dû mal à trouver sa voie. Il faudra attendre 1890 et sa Suite bergamesque pour que son travail soit reconnu. Cette pièce pour piano compte quatre mouvements dont le célèbre Clair de lune.

Clair de lune de Claude Debussy :

Un impressionniste musical. Quatre ans plus tard, il termine le très célèbre Prélude à l'après-midi d'un faune qu'il aura mis deux ans à composer. Ce titre figure aujourd'hui au répertoire de toutes les compagnies de danse, indique Le Point. En 1902, Claude Debussy compose Pelléas et Mélisande pour l'Opéra Comique. Une œuvre qui marque un tournant dans sa carrière. "J'ai voulu que l'action ne s'arrêtât jamais, qu'elle fût continue, ininterrompue. La mélodie est antilyrique. Elle est impuissante à traduire la mobilité des âmes et de la vie", avait-il déclaré à l'époque.

Prélude à l'après-midi d'un faune :

"La musique doit chercher à faire plaisir". Autant d'œuvres qui marquent le "style Debussy", mettant l'accent sur la couleur et les timbres instrumentaux, commente L'Express. "La musique doit humblement chercher à faire plaisir, l'extrême complication est le contraire de l'art", estimait-il. Ce dernier est mort décédé d'un cancer le 25 mars 1918 et repose au cimetière de Passy dans le 16e arrondissement. Son visage figurait à l'époque sur les billets de 20 francs.