Décès de l'écrivain allemand Günter Grass

  • A
  • A
Décès de l'écrivain allemand Günter Grass
@ AFP/DPA/MARCUS BRANDT
Partagez sur :

Günter Grass, écrivain prix Nobel de littérature, est mort, a-t-on appris lundi.

Günter Grass, célèbre écrivain allemand et lauréat du prix Nobel de littérature en 1999, est mort, a-t-on appris lundi par sa maison d'édition. "Le prix Nobel de littérature Günter Grass est mort ce matin à l'âge de 87 ans dans une clinique de Lübeck", a indiqué l'éditeur allemand sur Twitter.

L'auteur du Tambour. Günter Grass, écrivan de l'après-guerre allemand, est particulièrement connu pour son roman Le Tambour, écrit en 1959. Le réalisateur Volker Schlöndorff l'a porté à l'écran et raflé l'Oscar du meilleur film étranger et une Palme d'or à Cannes en 1979. En 1999, l'Académie Nobel lui a décerné le prix Nobel de littérature, notamment pour "ses fables tragi-comiques dépeignant la face cachée de l'Histoire".

Né en 1927, le romancier a grandi dans la ville polonaise de Gdansk (Danzig en allemand), alors sous domination allemande. Le tambour, qui raconte l'enfance d'un petit garçon pendant la guerre, a joué le rôle de catharsis pour cet auteur profondément choqué par le Seconde Guerre mondiale. Il a souvent été présenté comme la "caution morale" de l'Allemagne post-Seconde Guerre mondiale. Mais en 2006, après des dizaines d'années de silence, Günter Grass a révélé avoir fait partie des Waffen SS pendant la guerre remettant en cause cette image.

Un homme de gauche féru de polémique. Longtemps membre du parti social-démocrate allemand, l'écrivain s'en était distancé en raison des positions du parti sur les immigrés, jugées trop restrictives. Ces dernières années, Günter Grass s'était illustré pour ses prises de position politiques polémiques. En 2012, il avait notamment publié un pamphlet virulent contre la politique israélienne, qui lui avait valu d'être taxé d'antisémite.

Hommage international. "Je veux être enterré avec un sac de noix et des nouvelles dents", écrivait-il dans un poème cité dans Der Spiegel. "Si jamais un bruit de craquement se fait entendre près de ma dernière demeure, on pourra supposer : 'Il est toujours là'". Lors d'une conférence de presse régulière, le porte-parole du ministère des Affaires étrangères a indiqué que les autorités allemandes étaient "profondément bouleversées" par l'annonce de cette nouvelle "tragique". Sur son compte Twitter, l'écrivain britannique Salman Rushdie s'est lui-aussi exprimé : "C'est très triste. Un vrai géant, un inspirateur et un ami. "Joue du tambour pour lui, petit Oskar", a-t-il écrit, en référence au héros du Tambour.