L'auteur de polars Ruth Rendell est décédée

  • A
  • A
L'auteur de polars Ruth Rendell est décédée
@ Capture d'écran
Partagez sur :

DISPARITION - La célèbre romancière, dont plusieurs œuvres avaient été adaptées au cinéma, s'est éteinte à Londres samedi, à l'âge de 85 ans.

60 titres à son actif, des traductions en 20 langues et un dépoussiérage du roman policier. Voilà pour l'oeuvre de l'auteur à succès Ruth Rendell, décédée samedi à l'âge de 85 ans. La romancière avait subi une grave attaque cérébrale en janvier. "Nous sommes dévastés par la perte de l'un de nos auteurs le plus aimés", a déclaré Penguin Random House dans un communiqué, précisant que Ruth Rendell était morte à 8 heures du matin à Londres. Elle a vendu des centaines de milliers de livres, dont certains ont été adaptés au cinéma.

Elle avait succédé à Agatha Christie. La romancière, considérée comme la digne héritière de la grande dame du crime, Agatha Christie, était née à Londres en 1930 de parents enseignants. Après une brève incursion dans le journalisme, elle avait publié son premier roman, Un amour importun, mettant en scène l'inspecteur Reg Wexford en 1964. L'auteure en a fait un personnage récurrent de ses romans suivants, l'entraînant dans des enquêtes qui plongent dans les maux de la société britannique: violence domestique, racisme ou pauvreté. "Je tiens à montrer la société telle qu'elle est", assurait-elle.

Cette série policière, située dans la petite ville fictive de Kingsmarkham et qui comprend plus de vingt volumes, a été adaptée à la télévision et diffusée pendant treize ans. "Les gens aiment mes livres, surtout les polars, parce qu'ils se sont attachés au personnage de Reg Wexford. Sa vie, sa famille, que j'ai construites au fil des livres, passionnent les lecteurs. Si vous réfléchissez bien, les histoires les plus populaires au monde sont celles qui racontent les destins de familles, les destins d'hommes évoluant au sein d'une collectivité", selon elle.

Parallèlement, elle s'est lancée dans une veine d'ouvrages plus psychologiques (Véra va mourir, L'été de Trapellune, Journal d'Asta), où il est moins question de l'enquête que des circonstances qui ont conduit au crime. L'homosexualité, la disparition ou la mort d'enfants, les recherches d'identité étaient des thèmes souvent évoqués. "Je suis très intéressée par la passion que suscitent les enfants, disait cette mère d'un fils et qui avait deux petits-enfants. Or la littérature accorde très peu de place à ce sentiment", estimait cette militante engagée par ailleurs dans la lutte contre l'illettrisme. 

Élevée au rang de baronne par l'ancien Premier ministre anglais Tony Blair en 1997 et membre de la chambre des Lords, son dernier roman, Une vie si convenable, était sorti en français fin janvier. Les amateurs du genre policier considèrent que Ruth Rendell en a renouvelé le style, comme P.D. James, l'autre grande dame du roman policier britannique, décédée fin novembre à l'âge de 94 ans. 

Des romans devenus films. Plusieurs romans de Ruth Rendell ont été adaptés au cinéma, comme L'Analphabète (La cérémonie avec Sandrine Bonnaire et Isabelle Huppert) ou encore La Demoiselle d'honneur (avec Benoît Magimel et Laura Smet), deux films de Claude Chabrol. Plus récemment, François Ozon s'était aussi inspiré de la romancière anglaise avec Une nouvelle amie, sorti en 2014. À l'étranger, L'Homme à la tortue avait donné En Chair et en os de Pedro Almodovar. 

>> LIRE AUSSI - Mort de la chanteuse et actrice Patachou 

>> LIRE AUSSI - L'auteur du tube "J'ai encore rêvé d'elle", est mort 

>> LIRE AUSSI - Le Corbusier en trois œuvres marquantes