L’ascension de Sarkozy au cinéma

  • A
  • A
L’ascension de Sarkozy au cinéma
Denis Podalydès interprètera Nicolas Sarkozy dans La Conquête.@ MAXPPP
Partagez sur :

Le film La Conquête sortira en salles en mai prochain. Avec Denis Podalydès dans le rôle titre.

C’est l’un des films les plus attendus de 2011. Le 5 mai prochain, un an tout juste avant l'élection présidentielle, sortira le film évènement La Conquête de Xavier Durringer. Le film nous plongera dans les coulisses de l'ascension au pouvoir de Nicolas Sarkozy et retracera les cinq années qui ont précédé son arrivée à l'Elysée.

Écrit par Patrick Rotman, produit par Eric et Nicolas Altmayer, le film offre le rôle de Nicolas Sarkozy au sociétaire de la comédie française Denis Podalydès. A ses côtés, Florence Pernel jouera le rôle de l'ex-épouse du président, Cécilia Sarkozy. Samuel Labathe incarne Dominique de Villepin tandis que Bernard Le Coq campe un Jacques Chirac en fin de règne. Pour l’anecdote, Bernard Le Coq a dû porter des chaussures de Drag queen à hauts talons pour dépasser Podalydès et avoir la taille de Jacques Chirac.

>>> Regardez les premières images du film

A l’origine, c’est François Cluzet qui aurait dû jouer Nicolas Sarkozy. Ce dernier ayant finalement décliné, les producteurs ont fait appel à Denis Podalydès. L'acteur interprète le rôle du président avec un mimétisme étonnant, notamment à travers son phrasé, son débit de parole, et surtout sa gestuelle. Dès les premiers essais, Eric Altmeyer a été impressionné par le comédien.

"Podalydès nous a mis la chair de poule" :

Aucun proche de Nicolas Sarkozy lors de la campagne de 2007 n’a été négligé. Son directeur adjoint de campagne, Laurent Solly, est interprété par Grégory Fitoussi, son directeur de communication Franck Louvrier par Mathias Mlekuz, sa porte-parole de campagne, Rachida Dati par Saïda Jawad.

Même Pierre Charon, à l'époque l'un des plus proches conseillers de Nicolas Sarkozy, n’a pas été oublié dans le film. Il est incarné à l'écran par Dominique Besnehard. Comme tout le monde, il n’a pas vu le film mais est charmé par le projet. "Si cela retrace la vérité avec le happy end, c’est bien" commente Pierre Charon. "Il y a quelque chose de chacun d’entre nous" ajoute-t-il, après avoir vu les premières photos du film.

"Je retrouve des scènes que j'ai vécues"

Une première au cinéma

Jamais dans l'histoire du cinéma français un film n'avait été consacré à un président en exercice. Monter le film n'a pas été une mince affaire. Les producteurs le reconnaissent, personne au départ ne voulait de cette "patate chaude", comme ils disent. Pourtant, ils assurent que ce ne sera pas un film partisan, ni un film polémique.