L'art contemporain à portée de (presque) toutes les bourses

  • A
  • A
L'art contemporain à portée de (presque) toutes les bourses
Partagez sur :

Deux salons d'art contemporain se tiennent cette fin de semaine à Paris, basés sur un principe commun : tout à moins de 5.000 euros.

Un dessin original pour 150 euros, une toile pour 1.000 ou une sculpture pour 3.000. Ce sont les prix qui sont pratiqués à L'Affordable Art Fair et à l'Art Shopping. C'est de "l'art contemporain à des prix raisonnables. Pas du low-cost", s'empresse de dire Cécile d'Aram, directrice de l'Affordable Art Fair.

L'idée de cet "Foire d'art à prix abordable" est née il y a dix ans dans la tête de Will Ramsay, un Ecossais de 40 ans qui, depuis, en monte dix par an à Londres, New York, Sydney, Amsterdam et Paris. Son but : "montrer que l'on n'a pas besoin d'être millionnaire pour acheter de l'art".

Les clients de ces foires sont plutôt jeunes, cultivés, parisiens, et ils ont rarement poussé la porte intimidante des galeries. L'ambiance se doit donc d'être conviviale. On parle au visiteur, les stands sont ouverts. Et pour ne pas l'intimider, les prix sont affichés. Les oeuvres sont par ailleurs "accessibles", c'est à dire qu'on n'y trouve pas de "l'art très conceptuel, de l'art vidéo". Il s'agit plutôt de photo, d'art abstrait, de collages ou de sculptures de toutes tailles, de jeunes artistes ou de plus confirmés. On trouve, par exemple, dans les travées d'AFF, des oeuvres de cristal de Czeslaw Zuber, un sculpteur très coté. "Je n'en baisse pas les prix, je vends des oeuvres plus petites", dit le galeriste qui les propose.

Affordable Art Fair à l'Espace Champerret (du 4 au 7juin)

Art Shopping au Carrousel du Louvre (6-7 juin)