Hermann : "J'étais à deux doigts de refuser le Grand Prix d'Angoulême"

  • A
  • A
Partagez sur :

BANDE DESSINÉE - Sur Europe 1, le dessinateur belge a expliqué qu'il a failli refuser cette distinction.

INTERVIEW

Le dessinateur belge Hermann recevait le 27 janvier dernier, le Grand Prix du Festival de la bande-dessinée d'Angoulême. Reconnu dans le monde entier, l'auteur est revenu dans Europe 1 social club sur l'attribution de ce Grand Prix.

L'année des couacs. Le Festival d'Angoulême a été émaillé par de nombreuses polémiques cette année. En plus de l’absence de femmes dans la sélection pour le Grand Prix, l’organisation du festival a également été critiquée pour sa fausse cérémonie de remise des prix des Fauves d'Angoulême. De vrais auteurs sont ainsi venus sur scène, récupérer une récompense factice, sans être informés qu'il s'agissait d'un canular. Toute la profession s'était indignée face à ce procédé, dénonçant l'humiliation faite aux faux gagnants. "C'est un peu stupide", a estimé Hermann, "ça n'a pas tellement fait rire les gens".

"Le refuser, c'était un peu cracher dessus". "Cette année, j'étais à deux doigts de refuser le Grand Prix", a confié le dessinateur. Les polémiques citées précédemment, n'ont rien à voir dans ce choix. Le dessinateur était en effet lassé, depuis plusieurs années, par le mode d'attribution des prix. Mais depuis deux ans, le festival a changé le mode de désignation, plébiscitant l'avis de plus de 10.000 professionnels. "Ma femme, mon fils et des amis dessinateurs m'ont rappelé que ce prix avait été attribué par une majorité de dessinateurs et donc des amis. Le refuser, c'était un peu leur cracher dessus, donc j'ai accepté", a conclu Hermann.

>> Retrouvez l'intégrale de l'émission "Europe 1 social club" ici