Henri Manguin à l'honneur au Musée des Impressionnismes de Giverny

  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Partagez sur :

L'artiste fait l'objet d'une belle exposition jusqu'au 5 novembre.

Partir à la découverte du peintre Henri Manguin, c'est la promesse du Musée des Impressionnismes de Giverny, dans l'Eure. Jusqu'au 5 septembre, l'établissement consacre une exposition à cet artiste, qui n'est pas aussi connu qu'Henri Matisse, mais qui a pourtant lancé avec lui, et d'autres, le mouvement du Fauvisme en 1905. 

"Les couleurs de la lumière". Peintre du bonheur de vivre, "peintre voluptueux", disait même Baudelaire. Henri Manguin, avec ses nus colorés et généreux, qui baignent dans une lumière magnifique, nous irradie dès les premières œuvres exposées. Si vous ne trouvez pas le soleil en Normandie, vous l'aurez à coup sûr dans les salles. Il y a chez Henri Manguin, comme chez tous les Fauves, cette passion pour la couleur qui explose sur les toiles. "Ce qui intéresse beaucoup Manguin, ce sont les couleurs de la lumière, notamment sur la chair du modèle", indique Marina Ferretti, commissaire de l'exposition.

paysage

"Paysage de Saint-Tropez", Henri Manguin (1905).

Paysages, natures mortes et Saint-Tropez. Pour Henri Manguin, les paysages du midi ont aussi été une source d'inspiration inépuisable. Et lorsqu'il découvre en 1904 le golfe de Saint-Tropez, c'est un véritable choc. Il peint les couchers de soleil, la pinède à Cavalaire ou les roches rouges de l'Estérel. Lorsqu'on contemple ces paysages, on pense alors à Georges Braque. Mais ce n'est pas le seul artiste auquel on songe face aux œuvres d'Henri Manguin. Les admirables natures mortes de pommes et de citrons sur des tissus brodés avec un côté oriental rappellent notamment Paul Cézanne.

naturemorte

"Nature morte aux faisans bleus", Henri Mangui (1909).