Guillaume Gallienne : "L'histoire de 'Maryline' m'a été inspirée par une femme rencontrée il y a 15 ans"

  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Partagez sur :

Dans Melting Pop, sur Europe 1, le réalisateur et comédien évoque son deuxième film. L'histoire d'une jeune actrice qui monte à Paris pour devenir comédienne.

INTERVIEW

En 2013, son premier film Les Garçons et Guillaume, à table ! avait été un vrai succès, raflant cinq César, dont celui du meilleur film et du meilleur acteur. Guillaume Gallienne revient derrière la caméra avec un nouveau long-métrage : Maryline. Dans ce film, en salles le 15 novembre, l'actrice Adeline d'Hermy incarne une jeune femme de province, Maryline, qui monte à Paris pour devenir comédienne, mais qui doit faire face à la brutalité du métier.

La dureté du milieu. "L'histoire m'a été inspirée par une femme, rencontrée il y a 15 ans", confie Guillaume Gallienne dans Melting Pop, sur Europe 1. Un récit que le cinéaste et comédien a souhaité porter au cinéma, "même si (s)a mémoire en a un peu déformé les contours". À Paris, Maryline rencontre donc un tout autre monde. La comédienne Adeline d'Hermy détaille à quel point cette découverte est difficile pour son personnage. "Elle arrive de sa province et débarque dans un milieu très systématisé. Un univers qui va très vite, qui est le tournage d'un gros film à Paris. Et surtout, elle rencontre un réalisateur très violent, qui va la martyriser", souligne-t-elle.

"Il n'y avait pas de rôle pour moi". Ce n'est finalement qu'avec l'aide des autres et la bienveillance de certains que Maryline va pouvoir remonter la pente. "C'est un personnage qui va avoir la chance d'être entouré de rôles secondaires, qui sont tous magnifiques, très bien dessinés et très forts. (...) C'est ceux qui, par bienveillance, vont pouvoir l'aider à sortir de là", explique Adeline d'Hermy. Et contrairement à son premier film, Guillaume Gallienne n'est pas acteur dans Maryline. Il reste derrière la caméra. "Il n'y avait pas de rôle pour moi. Dans le film, le premier réalisateur, je le voulais sexy. Le deuxième, je voulais qu'il ait un peu plus de bouteille. Et le troisième, cela aurait été une mise en abîme et ce n'était pas possible", indique-t-il.