Guillaume Gallienne : "'Cézanne et moi' n'est pas un biopic mais l'histoire d'une amitié"

  • A
  • A
Partagez sur :

Le comédien joue dans Cézanne et moi de Danièle Thompson. Et envisage de se consacrer de plus en plus à la réalisation à l'avenir.

INTERVIEW

Dans Cézanne et moi, Guillaume Gallienne joue Cézanne et Guillaume Canet enfile le costume de Zola. Deux grands artistes, l'un peintre, l'autre romancier, qui ne rencontrent pas le succès à la même heure. Invité d'Un dimanche de cinéma, dimanche sur Europe 1, Guillaume Gallienne, toujours à la Comédie française, a présenté le long-métrage et ses projets. 

Pas comme jouer Mitterrand. Le film, qui n'est "pas un biopic", prend le pari de conter l'histoire d'amitié entre les deux hommes. Zola et Cézanne se rencontrent à 12 et 13 ans et se brouillent quand ils en ont 50. C'est à partir de cette trame que la réalisatrice Danièle Thompson a fait des années de recherches pour reconstituer l'épopée des deux artistes. "Ces deux hommes se ressemblaient très peu mais s'aimaient vraiment beaucoup. Zola, le fils d'émigré pauvre, a eu du succès assez tôt, s'est embourgeoisé. Et Cézanne, lui, le fils de bourgeois, s'est clochardisé. Il a régulièrement été aidé par Zola et n'a jamais connu le succès de son vivant", relate Guillaume Gallienne. Désormais, Cézanne est connu de tous mais sa dimension n'a pas freiné l'acteur : "Personne ne peut me dire : 'Je l'ai bien connu'. Ce n'est pas comme Michel Bouquet qui doit jouer Mitterrand !"

"Celui qui encaisse, je l'avais un peu fait". Le comédien décrit néanmoins Cézanne comme un personnage "colérique - ça je connais bien, je peux l'être sans problème -, revêche, dur et en même très attachant, désarmant". Dans le film, Zola, à l'inverse, "encaisse, supporte, reste calme devant le maniaco-depressif. Je l'avais un peu fait avec Pierre Bergé dans le Yves Saint-Laurent de Jalil Lespert". Pour endosser le rôle de Cézanne, Gallienne a pris des cours de peinture : "D'entrée, il m'a collé le pinceau devant une toile et m'a dit 'vas-y'." Son professeur lui fait comprendre la démarche de Cézanne et l'évolution de sa peinture. "Cela m'a permis à moi de comprendre l'évolution du bonhomme", indique-t-il. 

"Acteur, il y a des fois où ça me pompe trop". Dans le futur, lui qui a réalisé le carton Les garçons et Guillaume, à table ! et qui tourne son second long-métrage, Marylin, pourrait envisager d'abandonner le devant de scène parce que "je trouve ça fatiguant d'être acteur, lance-t-il. Réalisateur, vous portez l'histoire, vous entraînez tout le monde, mais il n'y a pas cet épuisement. Maintenant que je commence à jouer des premiers rôles, la manière de plonger n'est plus la même et, surtout, la manière d'en sortir n'est plus la même, donc ça me prend énormément de temps. Il y a des fois, où ça me pompe trop." Il va d'ailleurs s'éloigner des plateaux fin 2017 pour enseigner le théâtre à Princeton pour huit mois avant de revenir à la Comédie française.

>> Cézanne et moi, en salles le 21 septembre.