Gérard Depardieu veut "tout vendre en France"

  • A
  • A
Gérard Depardieu veut "tout vendre en France"
@ LOIC VENANCE/AFP
Partagez sur :

L'acteur français a déclaré dans une interview qu'il voulait quitter définitivement la France "même s'il aime les Français".

L'exil vers la Belgique n'aura-t-il été qu'une étape ? L'acteur français Gérard Depardieu a déclaré qu'il allait "tout vendre en France" dans une interview à TV Magazine. Il a ajouté qu'il ne voulait "plus faire partie de ce pays", même s'il dit aimer les Français "sauf les journalistes qui sont à la solde du gouvernement".

"Je ne veux plus être propriétaire". Le célèbre acteur veut donc se séparer de tous ses biens situés dans l'Hexagone. "Tout, je vous dit !", précise-t-il, y compris ses domaines viticoles. "Je veux juste me barrer de ce pays. Ce n'est pas le problème des impôts locaux. Je ne suis pas d'accord avec l'utilisation que l'on fait de l'argent de nos impôts. Alors je ne veux plus être propriétaire. Juste aller ailleurs, louer, vivre, et mourir. Et travailler avec des gens que j'aime".

"Le mépris des politiciens". En vadrouille entre plusieurs pays, de l'Italie à la Bielorussie en passant par la Russieoù il est devenu citoyen, Gérard Depardieu ne souhaite pas s'installer à un endroit précis. "Je cours partout, et c'est bien comme ça", explique Depardieu. "Je ne m'installe pas. Honnêtement, je n'aime pas l'idée de cette Europe à venir. (...) Et d'ailleurs, l'Europe elle-même ne s'aime pas. Elle a des problèmes avec les migrants, avec les agriculteurs... Je n'aime pas le mépris de ses politiciens. De gauche comme de droite"; ajoute-t-il.

12 millions d'actifs. En 2012, lors de l'arrivée de François Hollande au pouvoir, Gérard Depardieu était allé s'exiler en Belgique, à Néchin où il échappait à l'impôt sur la fortune. Selon une enquête récente de Challenges, les actifs de Depardieu sont évalués à 12 millions d'euros, ce qui génère du travail à 85 personnes. L'acteur possède aussi de belles propriétés dont une maison à Trouville et un appartement de 1.800 m2 à Paris qu'il essaye de vendre depuis deux ans.