"Oh my Gad !" : Elmaleh à la conquête de l'Amérique

  • A
  • A
"Oh my Gad !" : Elmaleh à la conquête de l'Amérique
Gad Elmaleh, le 17 janvier 2015 au festival de l'Alpes-d'Huez.@ JEFF PACHOUD / AFP
Partagez sur :

L'humoriste reprend jeudi son spectacle Oh my gad au mythique Joe's Pub de New York, deux ans après ses débuts outre-Atlantique.

Le succès de Gad Elmaleh outre-Atlantique se confirme. L’humoriste reprend jeudi son spectacle Oh my gad devant 150 personnes, au mythique Joe’s Pub de New York. Il est reparti à zéro, il y a deux ans, en Amérique, le pays du stand-up, là où personne ne le connaissait.

Un parfait inconnu. Un documentaire produit par Canal+, 10 minutes in America, retrace ses débuts aux Etats-Unis. Quand il y annonce à son ami Jamel Debbouze qu’il ira jouer en anglais là-bas, celui-ci lui rit au nez. Le chouchou de l’Hexagone était alors inconnu aux Etats-Unis : il a commencé par cinq à dix minutes de sketchs, comme n’importe qui, dans des petits clubs à New York et dans le reste du pays. De courts passages sur scène devant un public pas toujours attentif, occupé à manger ou à boire et entre d’autres parfaits anonymes, eux aussi en quête de succès.

Ecrire et penser en anglais. Ce défi l’a forcé à recommencer son métier. Il lui a fallu prendre des cours d’anglais, adapter son humour aux Américains et surtout écrire de nouveaux sketchs en anglais. L’humoriste ne s’est pas contenté de traduire ses sketchs français : il les a pensés entièrement dans la langue de Shakespeare… et de Jerry Seinfeld. Cette star du rire aux Etats-Unis est l’idole - et aujourd’hui l’ami - de Gad Elmaleh. C’est lui qui lui a donné envie de jouer là-bas. Dans le documentaire 10 minutes in America, il rencontre également Woody Allen, qui lui conseille de ne pas révéler aux Américains qu’il est célèbre dans son pays.

Dans son spectacle Oh my gad, Gad Elmaleh joue de son charme, tout en racontant sa vie de frenchie aux Etats-Unis et en se moquant des différences culturelles des deux pays. Son talent de clown fait le reste... Avec ses mimiques, pas besoin de traduction.

Des signes qui ne trompent pas. En septembre, il a commencé à jouer un spectacle d'une heure au Joe’s Pub, une célèbre salle de l’East Village à New York. C’est ce show qu’il recommence en janvier 1016, quatre soirs par semaine pendant plusieurs mois. Il a également des dates à Los Angeles et à San Francisco. Va-t-il cartonner ? Il semble bien parti pour. Certains signes ne trompent pas : Gad Elmaleh a son portrait en grand sur les taxis jaunes de la Grosse Pomme. Il a également été invité sur les plateaux de plusieurs talk-shows télévisés, tandis que le New-York Timeslui a consacré un article.