Festival de Cannes : dernières critiques et pronostics avant le palmarès final !

  • A
  • A
Partagez sur :

Chaque dimanche, Mathieu Charrier et Bruno Cras critiquent des films, accompagnés de confrères journalistes. Cette semaine, ils commentent depuis Cannes. Verdict ! 

L'AVIS DE

Quel(s) film(s) aller voir en cette semaine spéciale Cannes et que retenir du festival ? Les deux spécialistes cinéma d'Europe 1, Mathieu Charrier et Bruno Cras, accompagnés cette semaine de Stéphanie Belpeche du Journal du dimanche et Caroline Vié de 20 Minutes livrent leurs impressions dans Un dimanche de cinéma.

>> Le 70e édition du Festival en un mot :  la quinzaine fut "intense" pour Stéphanie Belpeche, "magnifique" pour Caroline Vié, "tristounette" pour Bruno Cras et "éclectique" pour Mathieu Charrier.

>> Pronostics pour a Palme d'or :Faute d'amour d'Andrey Zvyagintsev pour Caroline Vié et Stéphanie Belpeche ; The Square de Ruben Ostlund pour Bruno Cras ; 120 battements par minute du Français Robin Campillo pour Mathieu Charrier.

>> Cinq films en compétition à l'épreuve des critiques

  • Mise à mort du cerf sacré de Yorgos Lanthimos

Le pitch : "Une famille plutôt heureuse gravite autour d'un non-dit, un acte grave commis par le père, un chirurgien, qui un jour va devoir choisir de sacrifier quelqu'un de sa famille. Se présente alors un ange de la mort sous les traits d'un adolescent vengeur."

>> L'avis de Caroliné Vié : "Ça m'a beaucoup amusé. C'est plus faible que son premier film, Canine, mais c'est méchant, vachard, très bien interprété par Nicole Kidman, Colin Farrell et un acteur adolescent, Barry Keoghan. Il y a plein d'humour noir."

>> L'avis de Stéphanie Belpeche : "J'aime beaucoup aussi. On a l'impression de se retrouver dans un épisode de la 4e dimension, dans une réalité qui d'un seul coup bascule et c'est délicieusement immoral. Je souligne la prestation de Barry Keoghan."

>> L'avis de Bruno Cras : "J'ai adoré. C'est un film qui fait peur, où il y a de la psychanalyse, de l'inconscient qui se transmet. J'ai une petite réserve sur cinq minutes de film à la fin. Mais c'est un film impressionnant."

>> L'avis de Mathieu Charrier : "C'est une critique de la famille américaine parfaite qui vit dans une grande et belle maison. Car on se rend compte qu'ils ne sont pas si soudés que ça. La mère préfère son fils, lui sa fille. Quand il va falloir sacrifier quelqu'un, ça va mettre un peu le bazar."

VERDICT : noir et étonnant.


  • Les proies de Sofia Coppola

Le pitch : "Un soldat nordiste blessé est recueilli par un essaim de jeunes filles dans un pensionnat sudiste pendant la Guerre de Sécession. Une tension sexuelle s'installe et la situation pourrait mal finir."

>> L'avis de Stéphanie Belpeche : "Il s'agit du remake d'un film de Don Siegel avec Clint Eastwood. Je ne l'avais pas vu et pourtant j'ai trouvé le film de Sofia Coppola prévisible d'un bout à l'autre. Tous les acteurs sont dans des emplois caricaturaux."

>> L'avis de Bruno Cras : "J'avais vu le premier film à 18 ans. Le film de Don Siegel était vénéneux, étouffant, tendu, il y avait tout. Et là, il n'y a rien. C'est un ratage."

>> L'avis de Caroliné Vié : "Le film est amusant et un peu surprenant pour qui n'a pas vu le Don Siegel -qui est à voir- mais ça ne devrait pas être drôle. Sofia Coppola prétend qu'elle a voulu adopter un point de vue féminin. C'est à dire en fait que les filles regardent Colin Farrell dormir en faisant des travaux de couture. C'est très beau mais pas très intéressant."

>> L'avis de Mathieu Charrier : "Je vous trouve rudes. C'est un film qui se laisse voir facilement. Nicole Kidman et Kristen Dunst sont très bien."

VERDICT : raté.


  • Une femme douce de Sergei Loznitsa

Le pitch : "Une femme traverse la Russie pour remettre un colis à son mari qui est en prison. Elle va faire un périple kafkaïen et désespérant."

>> L'avis de Stéphanie Belpeche : "Ce qui m’intéresse, c'est la critique de cette société russe verrouillée à tous les niveaux, administratif, policier, pénitencier. On nous montre qu'on méprise les droits de l'Homme et que l'on réduit au silence tous ceux qui essayent de s'élever contre un régime en place. Le film est quand même un peu long, la fin interminable, voire très démonstrative. Il y a une bonne idée de mise en scène : montrer le destin de cette femme au travers des personnages secondaires qui gravitent autour d'elle."

>> L'avis de Caroliné Vié : "C'est splendidement filmé. Mais que les droits de l'Homme ne soient pas respectés en Russie, ce n'est pas une grande surprise. Et à la fin, le réalisateur est tombé sur un seau de vodka frelaté parce qu'il passe d'un truc dépressif au fait de se prendre complètement pour Fellini. On a 25 minutes grotesques."

>> L'avis de Bruno Cras : "Avec Mathieu, on s'est demandé si on allait pas dormir à tour de rôle. J'ai été plombé par le film. Des images fortes m'étaient restées. C'est désespérant avec des belles choses."

VERDICT : beau mais déprimant.


  • Aus dem Nichts (In the fade) de Fatih Akin

Le pitch : "En Allemagne, une jeune femme (Diane Kruger) perd son mari, ressortissant turc, et son jeune fils dans un attentat. Elle ne veut pas en rester là."

>> L'avis de Stéphanie Belpeche : "C'est la vengeance, la loi du Talion. ce qui est étonnant, c'est que ça commence comme un mélodrame, ça devient un film de procès et finalement un thriller. Je pense que Diane Kruger aura le prix interprétation féminine. Au-delà, ça manque de finesse dans le traitement."

>> L'avis de Caroliné Vié : "Tout est lourd, téléphoné. Ce qui dit le film est un cliché extraordinaire. On comprend bien ce qu'a voulu montrer le réalisateur, que les néonazis aussi commentaient des attentats, mais c'est lourdaud."

>> L'avis de Bruno Cras : "Je vous trouve difficiles. C'est un film efficace, qui se regarde, bien fait. C'est vrai que Fatih Akin a eu plus de subtilité. là, c'est plus commercial mais ça va peut-être être à l'avantage du public."

VERDICT : Efficace mais pas très subtil


  • You were never really here de Lynne Ramsay

Le pitch : "Un homme de main hanté par ses démons tue ses cibles à coups de marteau."

>> L'avis de Stéphanie Belpeche : "J'ai adoré. Enfin, un vrai film de genre en compétition. Je pense au prix d'interprétation masculine pour Joaquin Phoenix. la mise en scène transcende tout avec élégance."

>> L'avis de Caroliné Vié : "C'est un long cauchemar très dur, très violent, avec quelques touches d'humour macabre. C'est brillamment réalisé, excellemment interprété. C'est fort, puissant, beau."

>> L'avis de Bruno Cras : "C'est très beau formellement. C'est dingue parce que c'est vraiment une série B mais c'est tellement beau et le jeu d'acteurs tellement puissant qu'on est scotchés."