Fayard ne conservera "aucun bénéfice de la vente de Mein Kampf"

  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Partagez sur :

Invitée du Club de la Presse jeudi, la présidente des éditions Fayard, Sophie de Closets est revenu sur son choix de publier Mein Kampf en français.

INTERVIEW

Sophie de Closets, présidente de Fayard, s'est expliqué dans le Club de la Presse, jeudi, sur la décision de sa maison d'édition de publier une version traduite en français de Mein Kampf. En 2016, l'ouvrage antisémite d'Adolf Hitler tombera en effet dans le domaine public. 

Un livre "d'histoire". L'éditrice a expliqué que cette réédition "scientifique" comptera "2.000 pages", avec autant de pages de Mein Kampf que d'analyses, de critiques et de contextualisations d'historiens. "La seule façon de museler le texte, qui est par ailleurs disponible en un clic sur Internet, c’est d’en faire un ouvrage d’histoire, et lui ôter cette aura maléfique", a-t-elle déclaré.

Aucun profit. L'éditrice s'est défendu de faire un "coup marketing, un coup financier" avec la publication du livre d'Adolf Hitler. "On a été très clair sur le fait qu'on ne conservera aucun bénéfice" de la vente de cet ouvrage. Il est d'ailleurs prévu, selon Sophie de Closets, que les recettes éventuelles soient "reversées à une association", sans savoir pour l'instant laquelle.

Sur l'inquiétude de voir Mein Kampf en vente libre dans toutes les librairies, la présidente des éditions Fayard a promis qu'aucune "publicité agressive" n'accompagnerait la publication. "Le livre ne sera évidemment pas en tête de gondole", a-t-elle assuré. L'édition traduite et enrichie de Mein Kampf ne sera pas imprimé avant deux ans.