Égalité salariale : à Cannes, Salma Hayek demande des sacrifices aux acteurs

  • A
  • A
Égalité salariale : à Cannes, Salma Hayek demande des sacrifices aux acteurs
"Il est temps désormais d'être généreux avec les actrices", a estimé l'actrice dimanche, à Cannes (photo d'archives). @ VALERY HACHE / AFP
Partagez sur :

"Les producteurs ne sont pas les seuls à devoir agir pour combler les écarts de salaires. Les acteurs aussi", a lancé l'actrice, dimanche à Cannes. 

Les acteurs vont devoir faire des sacrifices et réduire leurs émoluments s'ils sont pour l'égalité salariale, a estimé dimanche à Cannes  l'actrice Salma Hayek, au lendemain d'un appel solennel de 82 femmes de cinéma à lutter contre les discriminations dans le 7ème art.

"Les acteurs aussi". "Les producteurs ne sont pas les seuls à devoir agir pour combler les écarts de salaires. Les acteurs aussi", a lancé la star d'origine mexicaine, en marge du Festival. Samedi, elle figurait parmi les 82 femmes ayant réclamé "l'égalité salariale" sur les marches du Palais des festivals. "Il est temps désormais d'être généreux avec les actrices", a-t-elle déclaré dans le cadre du programme "Women in Motion", inauguré en 2015 en partenariat avec le groupe Kering. "Si le budget d'un film est de 10 millions de dollars, la star masculine doit comprendre qu'en demandant 9,7 millions, il va être difficile de parvenir à l'égalité salariale".

Accusatrice d'Harvey Weinstein. Alors que le Festival de Cannes est le premier à se dérouler, en presque trente ans, en l'absence d'Harvey Weinstein, elle est revenue sur le scandale qui a fait du tout-puissant producteur américain et grand habitué de la Croisette, un paria. Elle-même accuse Harvey Weinstein de harcèlement sexuel à l'époque du tournage de "Frida" (sorti en 2003).  Le producteur lui aurait notamment demandé, en différentes occasions, de prendre une douche avec lui, de le laisser avoir un contact sexuel avec elle ou de se mettre nue devant lui avec une autre femme. Des accusations qu'il conteste.

Pour Salma Hayek, il s'agit d'une "stratégie des avocats" pour discréditer les femmes de couleur accusant Weinstein, comme l'actrice Lupita Nyong'o ("Black Panther"). "Heureusement que nous sommes tellement nombreuses, sinon personne ne nous croirait", a déclaré l'actrice de 51 ans.