Didier Van Cauwelaert : "J'étais le précurseur" des romanciers réalisateurs

  • A
  • A
Partagez sur :

L'écrivain s'épanouit entre sorties littéraires et cinématographiques. L'adaptation d'un de ses livres est prévue avec Alex Lutz.

"Cher Monsieur Gallimard, j’ai 9 ans et j’ai l’honneur de vous envoyer mon livre". C'est par ces mots que Didier Van Cauwelaert présente son premier roman, un polar, à un éditeur. Publié pour la première fois à 22 ans, il reçoit le prix Goncourt à 34 pour Un aller simple. Son dernier roman, On dirait nous (Albin Michel), dont le sujet principal est la réincarnation, est dans les tops des ventes depuis cet été. Le romancier épris de fantastique, était l'invité de Il n'y a pas qu'une vie dans la vie.

Racines familales. Sa précocité vers l'écriture a sans doute été puisé dans ses racines familiales. Son arrière-grand-mère avait fait fortune à 21 ans en inventant l’épicerie fine. "Elle avait treize frères et sœurs. Ils étaient tous bizarres, somnambules ou contrebandiers ! Elle était la seule à être pragmatique et a commencé à travailler à 10 ans dans une épicerie qu’elle a rachetée à 17 ans. Elle avait aussi des brasseries, des cafés concerts où venaient Maurice Chevalier, Mistinguett", raconte Didier Van Cauwelaert. Sa vocation de romancier se retrouve chez son père qui était avocat mais qui "a écrit toute sa vie en amateur". Du côté maternel, il a puisé l'amour du végétal qui s'est traduit en livre par Le journal intime d'un arbre. 

Un projet avec Alex Lutz. Ses histoires ont aussi trouvé leur place sur grand écran. "J’étais le précurseur" des romanciers qui se lancent dans la réalisation avec Les amis de ma femme", glisse-t-il avec fierté. Plusieurs de ses livres sont d'ailleurs en cours d’adaptation - par d'autres -au cinéma, à l’image de Sans identité avec Liam Neeson et Diane Kruger. Le film sorti en 2011 reprenait son roman Hors de moi publié en 2003. Didier Van Cauwelaert vient également d'écrire un scénario pour tourner lui-même à nouveau. "Quand on est tout seul dans un roman on est très heureux de retrouver toute une équipe. J’ai trouvé mes acteurs", dit-il sans dévoiler davantage d'informations sur ce tournage qui devrait débuter en mai. 

A l'avenir, un autre projet d'adaptation devrait naître, mais cette fois avec Alex Lutz aux manettes. L'acteur et humoriste s’intéresse à La vie interdite. "Alex Lutz a un rapport très fort avec ce livre", ajoute le romancier. Dans cet ouvrage, "le personnage meurt à la première phrase et raconte tout ce qui se passe après". L'illustration s'il en faut une qu'avec Didier Van Cauwelaert, le fantastique s'offre une place bien vivante dans le réel.