Des visites sur les traces de truands sont organisées à Marseille

  • A
  • A
Des visites sur les traces de truands sont organisées à Marseille
Une vue de Marseille sous un coucher de soleil@ ODD ANDERSEN / AFP
Partagez sur :

Un passionné de Marseille organise des visites insolites de la ville. Partez sur les traces des truands.

Vous en avez assez de visiter châteaux, églises et musées d'art ? Un passionné de Marseille vous fait visiter la citée phocéenne sur les traces de truands. Pendant deux heures, Mathieu Faureau raconte les meurtres, affaires de drogues et hommes politiques corrompus qui ont traversé les rues de la ville. Le nom de sa visite ? "Marseille Gangster Tour".

Des histoires croustillantes. Mathieu Faureau vivait depuis cinq ans à Marseille. Et puis un beau jour "mon beau-frère m’a offert la biographie de Zampa et tout est parti de là. Je me suis amusé à retrouver les lieux dans la ville et j’ai eu l’idée de ce tour sur les gangsters !", raconte-t-il à Ouest-France. Il propose ces visites insolites une à deux fois par semaine. "Vous êtes ici dans l’ancien quartier réservé où les prostituées rencontraient les matelots, explique-t-il. Un quartier entièrement rasé après la Seconde Guerre mondiale qui comptait 7.000 prostituées avant la guerre", peut-on entendre lors de l'une d'elle. Ou encore "Mémé Guérini était un résistant, un dur à cuire, devenu ami avec Gaston Defferre car ils avaient les mêmes intérêts économiques". Gaston Defferre a été le maire de la Marseille pendant plus de 34 ans.

Le groupe de visiteurs fait même une halte dans un bar où les attend Milou, un ancien membre du milieu du grand-banditisme qui s'est rangé. Il a tiré un livre de ses frasques dont il raconte une partie à son public d'un jour. "J’ai décroché il y a sept, huit ans. Je ne veux pas justifier mon passé, je ne suis pas un agneau mais il y a une différence entre le milieu d’avant qui a disparu et les racailles d’aujourd’hui."

Des clients majoritairement marseillais. Les amateurs de ces visites insolites ne sont pas forcément des touristes. "60 % des gens qui font le tour sont des Marseillais qui ont vu quelque chose, entendu parlé de quelque chose, etc. Ils sont curieux et en général connaissent tous les noms que je cite." C'est le cas de Michèle, une "Marseillaise 100%" qui a déjà participé à la visite précédente qui portait sur la période de 1850-1950. "Je veux approfondir mes connaissances et en voyant les lieux ça devient plus concret. Quand il y a des meurtres à Marseille, ça fait souvent la Une. Mais je ne me sens pas plus en insécurité ici qu’ailleurs !"

La sécurité, Mathieu Faureau y pense aussi. S'il ne va pas au-delà de 2.000, c'est pour ne pas parler d'affaires qui ne soient pas prescrites ou pas encore jugées. "Marseille ce n’est pas plus dangereux qu’ailleurs. Et vous savez, les Marseillais aiment leurs voyous. Cela reste des truands mais il y a un côté sympathique. C’est dingue mais en général les gens ne parlent pas d’eux en mal." Néanmoins le trentenaire économe de flux de profession ne nie pas avoir reçu des menaces. "J’ai essayé de prévenir les familles des gangsters. Et bien sûr, il y a des choses que je ne raconte pas." Ces visites de Marseille promettent frissons et plongée dans l'histoire.