Des loups élisent domicile au château de Nantes

  • A
  • A
Des loups élisent domicile au château de Nantes
Partagez sur :

Estuaire, la biennale d'art contemporain de l'estuaire de la Loire qui avait rassemblé plus de 700.000 visiteurs et connu quelques flops en 2007, lâchera à partir du 5 juin une meute de six loups dans les douves du château de Nantes.

Les loups sont entrés dans… Nantes. Ils seront les invités du château de la ville à l’occasion de la biennale d'art contemporain Estuaire 2009. L'artiste Stéphane Thidet, "a souhaité accentuer le côté médiéval et mettre du sauvage dans la ville en invitant six loups qui vont vivre dans une partie des douves" du château des Ducs de Bretagne "pendant les deux mois et demi du festival".

"On va leur construire une tanière et les nourrir correctement !", a rassuré Jean Blaise, directeur de la biennale. L'expérience sera mise en mots "par une meute de six écrivains" qui "écriront six nouvelles à partir de cela" a expliqué David Moinard, l'un des programmateurs artistiques.

La biennale, "Estuaire 2009", qui dure du 5 juin au 16 août, s'ouvrira avec une nouvelle création de la compagnie nantaise Royal de Luxe. Et entre autres oeuvres promettant d'être décoiffantes: de vrais oiseaux perchés sur des guitares, ou encore un pavillon posé sur une cheminée de quinze mètres de haut près de la centrale thermique de Cordemais.

Jean Blaise dit avoir "pris moins de risques" pour cette nouvelle édition, après les "accidents" de 2007: un canard géant de 19 mètres qui ne voulait pas se gonfler et une auberge immergée dans la Loire qui a pris l'eau.

Pour son directeur, le projet "Estuaire" "ne s'arrêtera pas en 2011", date de la prochaine édition. "Il va falloir entretenir et exploiter ce patrimoine et faire une mise en tourisme" puisqu'une partie des oeuvres, sept en 2007 - comme les "Anneaux de Buren" (anneaux lumineux répartis le long de la Loire) - et sept en 2009 sont pérennes. "Sur le marché, ce sont des oeuvres qui valent une fortune", mais ici "elles appartiennent à tout le monde, à la population de la métropole", a-t-il encore ajouté.