Depuis son viol, Lady Gaga "souffre en permanence"

  • A
  • A
Depuis son viol, Lady Gaga "souffre en permanence"
@ JEAN BAPTISTE LACROIX / AFP
Partagez sur :

La chanteuse avait interprété un titre sur le viol lors de la cérémonie des Oscars.

La star de la pop Lady Gaga a confié vendredi qu'elle souffrait "en permanence" depuis son viol et que chanter avec des victimes lors de la cérémonie des Oscars avait été extrêmement éprouvant. Dimanche, la chanteuse a été ovationnée après avoir interprété sa chanson Till it Happens to You ("Jusqu'à ce que cela vous arrive") avec, sur scène, des victimes d'agression sexuelle.

"J'ai toujours pensé que c'était de ma faute". Je n'avais jamais été aussi anéantie avant la semaine qui a précédé cette représentation", a-t-elle déclaré sur la radio Z100. Lady Gaga, de son vrai nom Stefani Germanotta, est également revenue sur le viol dont elle a été victime lorsqu'elle avait 19 ans. "C'est ce dont j'ai le plus honte dans ma vie et, jusqu'à cette semaine, j'ai toujours pensé que c'était de ma faute", a-t-elle confié. Sa représentation, lors des Oscars, lui a permis de lever le tabou, selon elle, car le sujet était auparavant "caché sous le tapis".

"Ca reste dans votre corps". "Les gens ne savent pas cela à propos de moi parce que je n'en parle pas, et je sais qu'ils me voient comme cette célébrité qui a du succès et de l'argent et que tout le monde regarde et que je ne dois pas avoir de problèmes", a-t-elle dit. "Mais, en fait, je souffre en permanence de douleurs chroniques et ça vient de cette peur paralysante que je connais depuis presque 10 ans", a-t-elle poursuivi. La chanteuse, qui aura bientôt 30 ans, a ajouté qu'elle avait relégué cette expérience dans un recoin de son esprit, mais que "ça reste dans votre corps, dans vos cellules".

Lors de la cérémonie des Oscars, dimanche, Lady Gaga a interprété au piano son titre composé pour le documentaire The Hunting Ground qui évoque le phénomène répandu des agressions sexuelles sur les campus universitaires américains, régulièrement couverts par les autorités locales par crainte du scandale.