Depardieu : "la France est triste"

  • A
  • A
Depardieu : "la France est triste"
@ REUTERS
Partagez sur :

L'acteur a donné d'autres raisons pour expliquer son départ de la France pour la Belgique.

Gérard Depardieu s'est expliqué samedi pour la première fois sur son départ pour la Belgique dans une interview accordée à No Télé, une chaîne belge. L'acteur, décontracté, a donné de nouvelles raisons pour expliquer son exil outre-Quiévrain.

Un "Gégé" décontracté. L'interview de douze minutes a été faite depuis la cuisine de l'ancienne douane de Néchin, le petit village proche de la frontière française où l'acteur a choisi de déménager. On y voit Gérard Depardieu, qui porte sur son blouson un aigle à deux têtes, symbole de la Russie, répondre aux questions de manière décontractée. On devine derrière lui un jambon sec en train de sécher et une baguette de pain encore emballée. Il affirme revenir de quelques courses dans le village. L'entretien a été enregistré samedi matin. Il est visible en cliquant ici.

Nouvelles piques contre le gouvernement. Dans le contenu, cette nouvelle interview reste dans le même ton que les précédentes. "La France est triste et je pense que les Français en ont marre. Le manque de conviction... J'ai l'impression que ces gens (le gouvernement) ne savent pas faire leur métier. Lui (François Hollande), c'est la première fois, il n'a jamais eu de portefeuille de ministre. Il a eu la Corrèze, qui est en déficit...", déclare Gérard Depardieu.

Nouvelles raisons de son exil. Tranquillement, Gérard Depardieu explique que "ce n'est pas tout à fait vrai" qu'il a quitté la France "pour des raisons fiscales", car il paie "50% d'impôts" en Belgique. L'acteur cite la proximité de l'aéroport de Roissy (distant de 200 kilomètres), ses amis dans le village ou encore les qualités de la boucherie et des bistrots locaux. Il a confirmé par ailleurs qu'il "a acheté une maison" en Belgique, qu'il revend celle qui lui appartient à Paris et qu'il espère pouvoir ouvrir un restaurant dans la région de Néchin. Mais, jure-t-il, ce n'est pas "pour faire de l'argent" et il n'est "pas un arriviste".