Décès de Luc Bondy, directeur du théâtre de l'Odéon et grand metteur en scène

  • A
  • A
 Décès de Luc Bondy, directeur du théâtre de l'Odéon et grand metteur en scène
Partagez sur :

Malade depuis longtemps, le grand metteur en scène Luc Bondy, directeur du théâtre de l'Odéon à Paris, est décédé.

Il remplaçait depuis 2012 Olivier Py à la tête de l'Odéon-Théâtre de l'Europe. Le grand metteur en scène Luc Bondy, directeur du théâtre de l'Odéon à Paris, est décédé à l'âge de 67 ans, a-t-on appris samedi auprès du théâtre.

Malade depuis longtemps. Malade depuis longtemps, il était à la tête de l'Odéon-Théâtre de l'Europe depuis 2012. Il avait dû reporter récemment la création d'Othello, prévue à partir de janvier, en raison de son état de santé. Sur Twitter, la ministre de la Culture Fleur Pellerin s'est dite "bouleversée d'apprendre la disparition ce matin de Luc Bondy", saluant en lui "l'un des plus grands metteurs en scène européens".

Très apprécié des acteurs. Né à Zürich en 1948, il avait remplacé Olivier Py à la tête du théâtre de l'Odéon, avec la volonté d'y présenter un "théâtre européen" et "tourné vers l'avenir". Le remplacement d'Olivier Py avait suscité à l'époque une vive controverse, qui s'était apaisée au vu du bilan artistique de Luc Bondy à l'Odéon et avec la nomination d'Olivier Py au Festival d'Avignon. Luc Bondy, qui était très apprécié des acteurs, avait monté ces dernières saisons plusieurs pièces qui ont été des succès comme "Les Fausses confidences" avec Isabelle Huppert, "Ivanov" - repris en octobre - et "Tartuffe".



"Je pensais Luc immortel". La mort de Luc Bondy "atteint tout le théâtre, toute l'histoire du théâtre", a déclaré à l'AFP le scénographe Richard Peduzzi qui a travaillé avec le metteur en scène suisse décédé samedi. "Je pensais Luc immortel, je l'ai toujours connu avec des ennuis de santé", a expliqué le créateur des décors du "Tartuffe", un des derniers grands succès de Luc Bondy. "Quand on s'est connus il y a trente ans, il était déjà malade, puis guéri, puis malade, puis guéri. Mais il en réchappait toujours", a-t-il raconté.

"Il a incarné l’Europe de la culture". Dans un communiqué envoyé aux rédactions, François Hollande a lui aussi tenu à rendre hommage à l'homme de théâtre : "Tout à la fois metteur en scène, écrivain et cinéaste, il a mis en scène au théâtre les plus grands auteurs, des grands classiques aux plus contemporains. Accompagné depuis ses années de jeunesse par la maladie, il ne renonçait à rien, travaillant sans cesse, souffrant, mais restant infatigablement à l’œuvre. Il a incarné, par son histoire personnelle et par son travail exceptionnel, l’Europe de la culture. Le Président salue sa mémoire et adresse ses plus sincères condoléances à sa famille, à ses proches et à ses compagnons de théâtre.