De Napoléon à De Gaulle, promenez-vous dans l’hôtel de Brienne

  • A
  • A
De Napoléon à De Gaulle, promenez-vous dans l’hôtel de Brienne
@ DOMINIQUE FAGET / AFP
Partagez sur :

L'hôtel de Brienne, qui abrite le ministère de la Défense, ouvre ses portes au grand public. Un pan de l’Histoire de France.

Pour la première fois à partir de ce samedi, le grand public pourra découvrir l'Hôtel de Brienne, rue Saint Dominique à Paris, actuel siège, bureau et appartements privés du ministre de la Défense, Jean-Yves Le Drian. Une visite guidée et payante sera organisée un samedi sur deux, d'environ deux heures. Une initiative du Centre des Monuments Nationaux, qui souhaite rendre accessible au plus grand nombre, ce ministère de l'ombre, cet espace à la fois secret et fascinant par son aspect confidentiel défense.  Europe 1 a visité les lieux en avant-première.

"Le décor est majestueux et renvoie à cette époque impériale". On est d’abord frappé par les dorures du décor et mobilier style empire. C’est la marque de la famille Bonaparte, qui a vécu ici. Gaétan Bruel, de l’association des Amis de l’hôtel de Brienne : "on entre vraiment dans l’une des premières pièces, exceptionnelle, de l’hôtel de Brienne puisque c’était déjà la salle à manger de la mère de l’Empereur et c’est toujours aujourd’hui la salle à manger du ministre.  Le décor est majestueux et renvoie à cette époque impériale."

bbbbbb

"Ce meuble a fait une partie des campagnes de Napoléon". Mais le clou de la visite est le bureau de Georges Clémenceau, qu’il a occupé comme ministre de la Guerre, de 1917 à 1920. Un bureau reconstruit à l’identique sur la volonté de Jean-Yves Le Drian, avec notamment une pièce unique que Clémenceau a utilisé cent ans après Napoléon : "c’est un meuble qui set à stocker et à consulter des cartes. Et ce meuble, tel que vous le voyez, à la fois imposant et fragile, est entièrement démontable et il a fait une partie des campagnes de Napoléon, notamment elle de Russie."

L’autre pièce majeure, qui donne sur les jardins, c’est le bureau du général de Gaulle, conservé dans son jus, qu’il occupe dès la Libération de Paris en août 44. Enfin, on peut aussi admirer le salon de musique, qui sert de lieu pour les rendez-vous diplomatiques du ministre de la Défense