De Léonard de Vinci à Michael Jackson, la vie de Gonzague Saint Bris

  • A
  • A
De Léonard de Vinci à Michael Jackson, la vie de Gonzague Saint Bris
Gonzague Saint-Bris
Partagez sur :

Dandy un brin excentrique, passionné d'Histoire, l'auteur et journaliste Gonzague Saint Bris était l'invité d'Isabelle Morizet, dimanche.

"Bonsoir, de quoi voulez-vous parler ?" En 1975, Gonzague Saint Bris est le confesseur des auditeurs sur Europe 1 dans l'émission Ligne ouverte. Celui qui recueille alors les témoignages d'un cambrioleur, d'un tueur à gages ou encore de la seule femme à bord sur un pétrolier fort de la présence de 200 hommes, vient d'écrire la biographie Louis XI le méconnu, aux éditions Albin Michel. L'auteur brosse une nouvelle image du souverain dont on ne connaît que la légende noire. Il était l'invité d'Isabelle Morizet dans Il n'y a pas qu'une vie dans la vie, dimanche. 

Versailles avec Michael Jackson. Né en Touraine dans une fratrie de sept garçons et une fille, ce dandy, auteur d'une cinquantaine d'ouvrages, est élevé au château du Clos-Lucé à Amboise. Le manoir a abrité Léonard de Vinci pendant trois ans. Cette enfance hors du commun donne à Gonzague Saint Bris un goût particulier pour l'Histoire. Après quelques détours - il est exilé à cinq ans et pour une année dans un asile de vieillards à Brighton en Angleterre, il rate son bac à cause de Kant - le jeune homme devient journaliste, commence à la Nouvelle République du Centre-Ouest pour arriver au Figaro à 22 ans.

L'homme est également auteur, créateur de la fête populaire Forêt du livre à Chanceaux, en Touraine, chaque dernier dimanche d’août. Un rendez-vous baptisé "le Woodstock de la littérature" par le New York Times. Il a également côtoyé Michael Jackson, allant jusqu'à visiter Versailles avec le Roi de la pop.

A dos de mulet comme Vinci. Sa "vie de château" baignée de culture, comprend quelques excentricités. "Vous avez traversé le Grand canal de Venise à la nage en plein carnaval comme Lord Byron. C'est une excentricité, du snobisme, une forme de romantisme exaltée ?", demande Isabelle Morizet. Réponse de l'intéressé : "Au lieu de faire du sport, je fais des exploits, par exemple, faire du vélo sur la plus haute coupole de l'opéra de Paris."

L'un de ses derniers défis ? Douze jours à dos de mulet depuis Rome, pour arriver au Clos-Lucé en traversant les Alpes. Le même périple inouï que celui de Léonard de Vinci. Un pèlerinage filmé par drone, tout comme les portraits qu'il a faits de Versailles, Chantilly ou Chambord et qui ont été diffusés au pavillon français de l'exposition universelle de Milan. Le prochain challenge pourrait bien être l'Académie française, qu'il n'a tenté "que" trois fois. Zola s'était arrêté à dix-neuf tentatives.