Dans les coulisses du Petit Nicolas

  • A
  • A
Dans les coulisses du Petit Nicolas
Partagez sur :

VIDEO - Laurent Tirard, le réalisateur du Petit Nicolas, revient sur le choix des principaux comédiens du film.

Laurent Tirad, le réalisateur du Petit Nicolas, explique comment et pourquoi il a porté son choix sur les principaux comédiens de son film. Sur Maxime Godart, bien sûr, qui incarne le rôle-titre, mais aussi sur Kad Mérad et Valérie Lemercier, les deux parents du Petit Nicolas, qui sont autant de personnages centraux du film. Enfin, le cinéaste précise les arguments qui l'ont conduit à choisir Sandrine Kiberlain pour incarner la maîtresse, sévère mais "très chouette", du petit héros.

Le choix du Petit Nicolas était évidemment des plus cruciaux. Avec Maxime Godart, ce qui a surtout frappé Laurent Tirard de prime abord, c’est d’abord sa ressemblance physique avec le personnage, puis sa détermination à être acteur. Au départ très impressionné, voire pétrifié, par la caméra,ce qui a surpris le réalisateur, le comédien en herbe s’est ensuite progressivement amélioré, et a montré beaucoup de plaisir et d'envie de jouer.













Ce qui a plu à Laurent Tirard chez Kad Merad, c’est sa capacité à incarner M. Tout-le-monde. En accord avec son réalisateur, le comédien s’est inspiré du personnage du mari dans Ma sorcière bien-aimée : un peu lâche, qui a un peu peur de son patron et qui est constamment dominé par sa femme.













Laurent Tirard admet avoir eu du mal, avec son coscénariste Grégoire Vigneron, à cerner le personnage de la mère. Puis, le réalisateur a pensé confier le rôle à Valérie Lemercier, capable d’apporter un brin de folie et de rendre le personnage moins lisse. Dès lors, les deux compères ont écrit le rôle en pensant à la comédienne. Du sur mesure, donc.













Le rôle de la maîtresse était également très important. Elle est un peu la deuxième maman, avec un côté très doux, émotif. Sévère mais adorant ses élèves, impressionnée tant par les enfants que par le directeur de l’école. Laurent Tirard a choisi Sandrine Kiberlain, qui a, selon le réalisateur, "l’art de faire passer très subtilement des choses."