Dans la discothèque de... David Abiker

  • A
  • A
Partagez sur :

Chaque dimanche, une voix d'Europe 1 fait entrer les auditeurs dans sa discothèque et explique ses coups de cœur. Ce dimanche, notre "invité" a même poussé la chansonnette.

Journaliste et chroniqueur décalé, David Abiker présente chaque dimanche sur Europe 1 le magazine C'est arrivé demain entre 9h et 10h. Il y raconte l'actualité de la semaine et des jours à venir, revisitée, analysée et réinterprétée en compagnie d’intellectuels, d’artistes, de chefs d'entreprises et d'acteurs institutionnels. Cette semaine, il partage avec nous ses titres préférés.

  • La vie quoi, de Cali

"Il y a des gens qu'on se met à aimer beaucoup parce qu'on ne les a pas aimés avant. Et moi, avant, Cali, il m'énervait. Je ne sais pas pourquoi, et puis je n'aimais pas du tout écouter sa musique. Et l'année dernière, il a sorti ce disque, qui est très autobiographique, et il m'a accompagné en famille, dans des trajets en voiture. On se l'est écouté en boucle et quand j'ai invité Cali et qu'il est venu en parler à Europe 1, je lui suis tombé dans les bras, tellement je lui ai été reconnaissant d'avoir fait ce qu'il avait fait, d'être ce qu'il était. Je lui ai dit : 'Je vous aimais pas avant, vous m'énerviez'."

"Mais, en fait, j'ai une reconnaissance infinie envers ce titre. Il raconte que c'est deux copains qui se retrouvent. L'un dit à l'autre : 'Alors t'as rencontré le grand amour ? Ça fait quoi ?' Et tout l'album est formidable comme ça, c'est des tranches de vie... J'adore !"

  • Love me tender, d'Elvis Presley

"C'est une chanson de karaoké. Les premiers temps où j'ai rencontré ma femme, il y a vingt ans... à l'époque, je chantais dans un karaoké qui s'appelait le Bilboquet, rue Saint-Benoît, près du boulevard Saint-Germain, et on y passait tous nos samedis. Donc on chantait et quand on était trop saouls, on rentrait chez nous. Et ce soir-là, j'ai chanté Love me Tender et ma femme - elle invente peut-être il y a toujours une mystique des rencontres -, me dit : 'Je suis tombée amoureuse de toi quand tu as chanté Love me tender d'Elvis Presley'. Ça marchait à l'époque."

  • Our house, de Madness

"C'est sans doute la chanson la plus commerciale de Madness, c'est la plus pop. Je l'ai choisie parce que je me suis rappelé qu'à l'époque, quand on avait 12-13 ans, dans les années 80, on ne l'attrapait pas comme ça cette chanson. Aujourd'hui, un môme de 12-13 ans qui aime une chanson, il a son ordinateur et il regarde la vidéo autant qu'il veut. À l'époque, il fallait avoir de l'argent de poche ! Aujourd'hui, on la chope gratuitement partout ! À l'époque, ça passait à la radio, il fallait attendre qu'elle repasse, il fallait avoir des sous pour aller chez le disquaire. Quand on était petit, on ne faisait pas de courses tout seul... Bref c'était toute une histoire pour attraper la bonne chanson."

"Et puis cette ligne de basse, quand elle introduit cette chanson, elle est hyper efficace, elle vous rentre dans la poitrine et vous donne envie de danser. Et juste après cette vague-là, il y a eu la new wave, c'était beaucoup plus triste, plus romantique, plus froid et moins joyeux. Le Our house fait partie de ces disques que j'ai longtemps attendu à la radio. Ou d'avoir des sous pour l'acheter."