"Detroit" : comment les émeutes de 1967 ont marqué la ville

  • A
  • A
"Detroit" : comment les émeutes de 1967 ont marqué la ville
Image extraite du film "Detroit" de Kathryn Bigelow.@ Annapurna Pictures
Partagez sur :

Mercredi sort en salles "Detroit", de Kathryn Bigelow. Le long-métrage se concentre sur les émeutes qui ont eu lieu à l'été 1967, symbole de l'érosion de la ville sur le plan économique.

L'histoire des Etats-Unis est ponctuée d'émeutes meurtrières. Si celles de Los Angeles, en 1992, sont sans doute les événements qui reviennent le plus facilement en mémoire (55 morts et 4.000 arrestations), les émeutes de Los Angeles, déjà en 1965, celles de Miami en 1980 ou encore celles de Detroit en 1967 ont également fait couler le sang. Dans son nouveau film Detroit, dont Europe 1 est partenaire, la cinéaste Kathryn Bigelow a justement décidé de s'intéresser aux émeutes survenues dans la ville du nord-est des Etats-Unis, du 23 au 27 juillet 1967. Un épisode qui marquera durablement la ville, au point d'accélérer son déclin.

"Il faut replacer les émeutes de Detroit dans un ensemble plus vaste". Kathryn Bigelow utilise le miroir du cinéma pour se concentrer essentiellement sur l'incident de l'Algiers Motel, dans la nuit du 25 au 26, à Detroit. À l'époque, des policiers blancs avaient soumis des clients de l’hôtel à un interrogatoire sadique pour leur extorquer leurs aveux. Un événement dramatique, parmi d'autres, au cœur de cinq jour terribles pour la ville.

Mais lors de cet été 1967, d'autres métropoles américaines étaient en proie à de fortes violences. "Il faut replacer les émeutes de Detroit dans un ensemble plus vaste", souligne André Kaspi, historien et spécialiste des États-Unis. Lors de l'été 1967 - "a long hot summer" - on dénombre ainsi près de 159 émeutes raciales, pour un bilan total de 83 morts, dont 43 pour la seule ville de Detroit. "Toutes ces émeutes sont très meurtrières car beaucoup d'armes circulent. C'est ce qui explique le nombre important de morts à chaque fois", précise l'historien. "Ce ne sont pas de simples manifestations : on saccage, on pille, on tue. C'est une sorte de révolution".


"Des entreprises ont décidé de partir ailleurs". Au début de l'ère industrielle, Detroit fut la capitale de l'automobile aux Etats-Unis. Mais déjà, le nombre de constructeur automobile au début des années 1960 était bien moindre que dans les années 1920. Les années 1960 marquent le début d'une perte de vitesse économique, que les émeutes de 1967 n'ont évidemment pas arrangée. "Ces émeutes ont accentué la désindustrialisation qui s'amorçait", indique ainsi André Kaspi. "Car plutôt que de fonctionner dans une ville détruite, des entreprises ont alors décidé de partir ailleurs".

Les entreprises ne sont pas les seules à partir à l'époque. Les années 1960 marquent aussi le début d'une baisse du nombre d'habitants. Ainsi entre 1950 et 1970, Detroit perd près de 300.000 personnes, majoritairement des populations blanches, marquées par les émeutes de 1967, mais pas seulement. Le début d'un lent déclin pour la ville du Michigan, quatrième ville des Etats-Unis dans les années 1930 et qui, en 2013, demanda sa mise en faillite avec une dette de 18,5 milliards de dollars. Aujourd'hui, Detroit se relève petit à petit et espère retrouver un peu de son aura d'antan.