Coluche, c'est l'histoire d'un mec racontée en une expo

Partagez sur :

Il a marqué son époque, sur les plateaux, à la radio, en politique et en créant les Restos du Cœur. Sa vie publique et plus intime aussi, est retracée à l'Hôtel de Ville de Paris jusqu'au 7 janvier.

EN IMAGES

Coluche, c'est l'histoire d'un mec né à Paris en 1944 dans un milieu modeste, qui grandit à Montrouge et qui meurt à moto tué "par un putain" de camion en 1986 comme le chantait Renaud, il y a pile trente ans. Entre les deux, l'homme volontiers provocateur, parfois grossier, a piqué au vif par son humour, dénoncé les injustices et tendu la main à ceux qui n'avaient rien. Paris lui rend hommage dans une exposition gratuite, proposée par son épouse Véronique, à découvrir à l'Hôtel de Ville, jusqu'au 7 janvier. 

Fan de motos et de rock'n'roll. On y retrouve l'homme des plateaux, le présentateur de radio, et l'acteur de cinéma, avec son outrance nécessaire. Mais l'exposition met aussi au jour un Coluche plus intime. Celui qui était fan de rock'n'roll, qui adorait la musique, les belles créatures, les belles motos et la photographie. Les objets -comme sa moto rose - et affiches présentés dévoilent un Coluche sensible, qui voulait comprendre les mécanismes de tout et rien et qui bouffait la vie. 

Une salopette et un nez rouge. Il la croquait sur scène, du café de la gare à l'Olympia, et malgré sa timidité, il était dans son élément car toujours au contact du public. C'était aussi le cas au bout d'un micro. L'humoriste a été une figure d'Europe 1, où il a présenté deux émissions : On n'est pas là pour se faire engueuler d'avril 1978 à juin 1979, puis avec Y'en aura pour tout le monde, de juin 1985 à mars 1986. Il se sentait proche des gens et proche du peuple dont il prenait les atours. Souvenez-vous de ses godillots rouges, de son T-shirt jaune et de sa salopette, objets cultes visibles dans l'expo, à l'instar des déguisements qu'il aimait arborer. Nez rouge, robe de mariée ne sont pas oubliés dans la scénographie. Le visiteur y fait aussi d'autres trouvailles, comme ce petit tampon grâce auquel il signait sa montagne de courriers.

Une haute idée de la démocratie. Il était un clown, généreux, prêt à inviter sa bande d'amis chez lui à toute occasion, tout comme à aider les plus démunis en créant les Restos du cœur en 1985. Mais il était aussi bien plus que ça, allant même, avec l'idée de la démocratie chevillée au corps, jusqu'à se présenter à l'élection présidentielle de 1981, inquiétant au passage le monde "politiquement correct". Si Coluche se retire de l'élection en 1981, la création des Restos du Cœur sera aussi une revanche sur ce monde politique qui n'avait rien fait pour les démunis. Il le dira lui-même : "Quand je me suis présenté, j'ai fait peur aux hommes politiques. Quand j'ai fait les Restos, je leur ai fait honte." Coluche, c'est l'histoire d'un mec qui a marqué son époque.

 

Retrouvez le reportage de notre journaliste culture qui a pu visiter l'exposition en avant-première :


Coluche, c'est l'histoire d'une mec racontée en...par Europe1fr

 

Europe 1 est partenaire de l’expo Coluche, Hôtel de Ville de Paris, présenté jusqu’au 7 janvier