Claude Chirac : "Jacques Chirac séchait l'école pour aller au musée Guimet"

  • A
  • A
Partagez sur :

La fille de l'ancien président de la République s'est confiée au micro d'Europe 1 à l'occasion d'une exposition Chirac au Quai Branly pour les dix ans du musée. 

INTERVIEW

Lundi soir, François Hollande inaugurera une exposition consacrée à l'un de ses prédécesseurs : Jacques Chirac. L'ancien président de la République, qui n'apparaît plus en public du fait de sa maladie, a les honneurs d'une exposition intitulée : "Jacques Chirac : le dialogue des cultures". Celle-ci se tient au musée du Quai Branly, pensé et voulu par l'ex-chef de l'Etat, à l'occasion des 10 ans de sa création. Au micro d'Europe 1, sa fille Claude, revient sur l'engagement de son père en faveur des cultures du monde. 

"Un enfant très atypique". Claude Chirac le reconnaît volontiers : son père n'était pas un enfant comme les autres. Il était "atypique". "Jacques Chirac à 13/14 ans, il séchait l'école pour aller au musée Guimet", rappelle-t-elle. "L'école m'aurait appelé pour me dire : 'votre fils sèche l'école pour aller au musée du Louvre, j'aurais juste dit merci'", s'amuse-t-elle. Celle qui est désormais conseillère en communication poursuit : "Il avait déjà en lui cette ouverture d'esprit, cette curiosité, cette envie de découvrir le monde. Jacques Chirac a toujours été un révolté". Et d'asséner : "Pour Jacques Chirac, il ne peut pas y avoir de hiérarchie entre les cultures, entre les arts, pas plus qu'il n'y a de hiérarchie entre les hommes". 

Un musée comme "acte de paix". La fille de celui que l'on présente souvent comme le président préféré des Français revient aussi sur le Quai Branly : un musée qui est "un acte de justice" mais aussi "un acte de paix". "Jacques Chirac a toujours dit que face à ce que l'on pourrait appeler le choc des civilisations, la vraie réponse, c'est le dialogue des cultures, c'est mieux connaitre l'autre", avance-t-elle. "Je pense que ce message là est terriblement d'actualité".

masque1280

 

Jacques Chirac et son masque japonais. Claude Chirac est aussi revenue sur la troublante ressemblance entre un masque traditionnel du théâtre japonais et son père."C'est un peu troublant", avoue-t-elle. Ça ressemble plus à la marionnette qu'à Jacques Chirac lui-même quoique...". Et cette dernière de conclure avec humour: "Il peut y avoir une branche familiale que nous ne connaissions pas et qui a vécu au 18e siècle au Japon".