Des pièces cultes de cinéma vendues aux enchères

  • A
  • A
Partagez sur :

60.000 pièces  - meubles, décors, objets cultes - toutes apparues dans des films sont vendues aux enchères pendant trois jours à Aubervilliers.

REPORTAGE

Elle est inédite et commence mercredi. A Aubervilliers, une vente aux enchères publique propose près de 60.000 pièces de décor, de mobilier, mises à prix entre 10 et 100 euros. La société Locatema, incontournable loueur pour les professionnels du cinéma, cesse son activité et se sépare de son impressionnant stock. 

La cuisine en formica dans Léon. Parmi les dizaines d'allées pleines de fauteuils, de téléphones rétros, de vaisselle en bakélite, quelques pièces de choix accrochent l’œil comme le dessus de lit en fourrure de Mireille Darc dans Le grand blond avec une chaussure noire ou la cuisine en formica jaune citron de Jean Reno et Nathalie Portman dans Léon. Il a fallu huit mois d'inventaire pour référencer 50 ans de cinéma français.

"On quitte l'aspect fonctionnel". Le défi a été relevé par Alexandre Millon, le commissaire-priseur qui se transforme en guide : "Je vous parlais tout à l'heure de La gifle avec le fameux téléphone d'Isabelle Adjani et Lino Ventura, voilà le fameux salon de La vérité si je mens 2 : au bout vous voyez Enrico Macias, à droite José Garcia", se remémore le professionnel avant de s'aventurer auprès de "400 tapis qui ont tous tourné dans Le grand pardon, Trois hommes et un couffin, Yves Saint-Laurent, etc. Finalement, ils ne se regardent plus de la même manière. On quitte l'aspect fonctionnel de chaque objet", commente-t-il.

Des budgets de cinéma en baisse. La société Locatema doit mettre la clé sous la porte, notamment à cause de la baisse des budgets de la plupart des films. Cette vente sera forcément un pincement au cœur pour Dominique Crozier, la directrice : "Je suis triste de les voir partir mais ça fait quarante ans de vie commune avec certains. C'est énorme. Très vite, ces objets vont nous échapper définitivement", se raisonne-t-elle. Les premier coups de marteau étaient prévus à 10h30 mercredi et la vente durera jusqu'à vendredi. Les enchères commencent très bas mais devraient décoller grâce aux passionnés du septième art, venus nombreux en repérages la semaine dernière.