Cinq choses que vous ne savez (peut-être) pas sur Isabelle Huppert

  • A
  • A
Cinq choses que vous ne savez (peut-être) pas sur Isabelle Huppert
La comédienne de 63 ans a remporté son premier Golden Globe pour Elle, de Paul Vehroeven. @ KEVIN WINTER / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP
Partagez sur :

L'actrice française a reçu le Golden Globe de la meilleure actrice dans un film dramatique pour son rôle dans Elle de Paul Verhoeven. Connaissez-vous bien cette actrice globe-trotteur.

Une immense carrière, des collaborations avec les plus grands réalisateurs, des prix et des récompenses dans tous les pays sauf aux Etats-Unis. Dans la nuit de dimanche à lundi, Isabelle Huppert a réparé cette anomalie en remportant le Golden Globe de la meilleure actrice dans un film dramatique pour son rôle d'une femme violée dans Elle de Paul Verhoeven. Elle était notamment en lice contre Amy Adams (Premier contact) et Natalie Portman (Jackie), qui était donnée favorite par les pronostiqueurs.

>> A l'occasion de cette récompense, (re)découvrez cinq facettes et anecdotes d'Isabelle Huppert :

Elle a joué dans Les Valseuses

Elle n'a que 21 ans quand Bertrand Blier lui propose de jouer dans un film qui deviendra culte, Les Valseuses. Aux côtés de Gérard Depardieu, Patrick Dewaere et Miou-Miou, elle y joue une jeune femme en révolte contre l'autorité paternelle. Elle va se laisser embarquer dans une virée en campagne à bord de la mémorable DS avant de se faire dépuceler en pleine nature par les deux compères. C'est l'une de ses toutes premières apparitions au cinéma et c'est aussi le film qui a été le plus vu dans sa longue filmographie, qui compte plus de cent œuvres.

Elle est polyglotte

Après avoir grandi à Saint-Cloud, dans la banlieue chic de Paris, Isabelle Huppert choisit d'étudier les langues orientales et slaves à la fac de Clichy. Elle en ressort avec une licence de russe. S'appuyant sur ses facilités linguistiques, la comédienne française a pu jouer en anglais (Rosebud, La porte du paradis, Dead Man Down entre autres), en italien (L'histoire de Piera) et en russe donc (L'inondation).

Un duo de choc avec Claude Chabrol

Dans sa carrière, Isabelle Huppert a tissé une étroite relation avec un "monstre" du cinéma français, le réalisateur Claude Chabrol. En 1978, il lui offre le rôle de Violette Nozière, une adolescente qui se prostitue en secret de ses parents et vit de petits larcins. Un film choc dans lequel elle crève l'écran. Elle obtiendra le prix d'interprétation féminine à Cannes pour ce rôle. Violette Nozière, premier film d'une longue collaboration. Ensemble, ils ont tourné sept films : Violette Nozière (1978), Une affaire de femmes (1989), Madame Bovary (1991), La Cérémonie (1995), Rien ne va plus (1997), Merci pour le chocolat (2000) et L'ivresse du pouvoir (2006). 

Extrait de Violette Nozière, sorti en 1978 : 


Cannes l'aime beaucoup

En 2001, elle remporte pour la deuxième fois le prix d'interprétation féminine pour La Pianiste, de Michael Haneke. Le festival a toujours beaucoup apprécié les films dans lesquels figure Isabelle Huppert. Pour preuve, elle a présenté pas moins de 20 films à Cannes, plus que n'importe quel acteur et n'importe quelle actrice. Isabelle Huppert a été aussi présidente du jury en 2009. 

La Pianiste, de Michael Haneke (2001) : 



Un penchant pour la photo

Amoureuse du cinéma, Isabelle Huppert a aussi un gros faible pour la photographie. En 2005, elle est carrément au centre d'une exposition intitulée La Femme aux portraits. Depuis plus de 30 ans, elle a sollicité des portraits d'elle auprès des plus grands photographes comme Henri Cartier-Bresson, Helmut Newton ou encore Robert Doisneau.