Cinéma : "Silence", "American Honey" et "Seuls", trois films à l'épreuve des critiques

  • A
  • A
Partagez sur :

Chaque dimanche, Mathieu Charrier et Bruno Cras critiquent des films récents, accompagnés de confrères journalistes. Verdict ! 

L'AVIS DE

Quel(s) film(s) aller voir ? Les deux spécialistes cinéma d'Europe 1, Mathieu Charrier et Bruno Cras, accompagnés cette semaine de Stéphanie Belpeche, du Journal du dimanche, et d'Alain Spira de Paris Match, livrent leurs impressions sur trois sorties cinéma, dans l'émission Un dimanche de cinéma. Sur le gril : Silence de Martin Scorsese, American Honey d'Andrea Arnold et Seuls de David Moreau.


  • Silence de Martin Scorsese, en salles depuis le 8 février

Le pitch : "Au XVIIe siècle, deux pères jésuites vont partir au Japon pour essayer de retrouver leur mentor qui a disparu. Ils vont être traqués, arrêtés, torturés, car à l'époque, les autorités japonaises veulent éradiquer le christianisme qui commence à monter."

>> L'avis d'Alain Spira : "Ma déception est inversement proportionnelle à l'admiration que je peux porter à Scorsese. Quand il quitte Little Italy et la mafia, ça ne va plus. Le gros problème, c'est que je n'ai pas cru au film du début à la fin, ni aux personnages, ni à la situation. Pourtant, c'est un sujet en or. Le film est interminable (2h41), répétitif, les comédiens américains Andrew Garfield et Adam Driver ne sont pas du tout crédibles. Et surtout, c'est une arnaque. Sur toutes les affiches, on voit Liam Neeson et dans le film, il apparaît dix petites minutes."

>> L'avis de Bruno Cras : "Le film est très long, magnifiquement filmé. La dernière demi-heure raconte tout l'enjeu du film, c'est l'histoire de Scorsese. C'est un type qui a été partagé toute sa vie entre la religion - il voulait vraiment être prêtre - et la violence. Il était enfant de chœur et est devenu mécréant. Il a pris de la coke, a failli en mourir. Tout son film se résume avec cette question : Peut-on croire tout en reniant Dieu ? C'est le silence de Dieu qui l'affecte et c'est toute une réflexion sur ce que l'on fait, quand on est croyant, face au silence de Dieu."

>> L'avis de Stéphanie Belpeche : "C'est peut-être le film le plus expérimental, radical et théorique de Martin Scorsese. Le sujet est passionnant. Je concède des longueurs, des répétitions. C'est démonstratif, bavard. Il a quand même un goût pour la torture (qui n'est pas pour me déplaire)."

>> L'avis de Mathieu Charrier : "Il aurait pu facilement enlever une demi-heure au film. Il n'en reste pas moins qu'il y a un vrai propos, un vrai point de vue de ce réalisateur qui a mis 20 ans à construire ce film. C'est une oeuvre de cinéma."

VERDICT : mitigé.


  • American Honey d'Andrea Arnold, en salles depuis le 8 février

Le pitch : "C'est l'histoire de Star (jouée par Sasha Lane), une gamine un peu paumée qui fuit son foyer et qui se prend d'amitié avec un groupe de jeunes qui part faire le tour des Etats-Unis en minibus pour vendre des petits magazines pour survivre. Elle monte dans le bus et c'est un road-trip dans l'Amérique profonde d'une jeunesse violente, amoureuse, qui rêve au rêve américain."

>> L'avis de Mathieu Charrier : "C'est un film de 2h43, un peu long, compliqué mais que j'ai apprécié. Il y a des images magnifiques. La bande son vaut le coup et Sasha Lane est très bien."

>> L'avis de Bruno Cras : "J'adore Andrea Arnold qu'on avait vu pour Fish Tank et Red Road, mais il n'y a pas d'enjeu au film, on ne sait pas quel est le point de vue. C'est filandreux, longuet, un espèce de documentaire sur des jeunes allumés qui se baladent sur la route. Ça n'a pas beaucoup d'intérêt, on s’ennuie."

>> L'avis d'Alain Spira : "Je préfère une jeunesse allumée qu'une vieillesse éteinte. Mais le film est interminable, c'est une sorte de coquille vide avec une multitude de personnages intéressants mais la réalisatrice se focalise sur un couple qui n'a pas de charisme particulier et elle trouve le moyen en 2h40 de ne pas nous parler des autres. C'est très répétitif. La bande son - du trap - prend la tête."

VERDICT : si vous avez (beaucoup) de temps.


  • Seuls de David Moreau, en salles depuis le 8 février

Le pitch : "David Moreau qui avait fait la comédie 20 ans d'écart, passe au film de genre en adaptant la BD Seuls. Une fille se réveille un matin chez elle. Sa mère n'est pas là, elle prend son vélo, sort et voit que les rues sont vides. Les voitures sont arrêtées, les portières ouvertes. Il n'y a plus personne dans la ville, en tout cas plus d'adultes et plus beaucoup de jeunes. Elle en rencontre cinq et ils vont errer dans la ville."

>> L'avis de Stéphanie Belpeche : "David Moreau vient du cinéma d'horreur, il avait fait Ils, film très glauque qui se passait en Europe de l'est où un couple d'adultes se faisait agresser par des enfants venus de la forêt. C'était très mystérieux et très sadique. Il avait fait aussi The Eye. Là, c'est un coup de cœur, c'est une adaptation d'une BD pour les 10-15 ans. C'est un récit fantastique qui interroge sur la peur de l'abandon et la peur du vide. Cela donne à réfléchir. On est influencé par Stephen King, par la série La quatrième dimension."

>> L'avis de Bruno Cras : "C'est un film de genre, pour ados, mais aussi pour adultes. C'est très bien fait avec des petits moyens. Ce serait signé par un Américain, tout le monde crierait au génie. Il y a une vraie atmosphère, des vraies images et le scénario tient la route."

>> L'avis d'Alain Spira : "C'est un très bon survival (film de survie), film post-apocalyptique, avec des moyens limités. Ce n'est aps un blockbuster et le réalisateur arrive à donner l'ambiance de ce désert de béton. Le seul problème est que je trouve le dénouement déstabilisant et cul-béni."

>> L'avis de Mathieu Charrier : "J'ai lu la bande dessinée et ce qui me trouble, c'est qu'on ne retrouve pas dut tout la BD dans ce film. Ils ont vieilli les personnages, les ont rendu plus caricaturaux."

VERDICT : A voir, avec un bémol en ce qui concerne la fidélité par rapport à la BD.