Cinéma : "Iris", "Tour de France" et "Planétarium", trois films à l'épreuve des critiques

  • A
  • A
Partagez sur :

Chaque dimanche, Mathieu Charrier et Bruno Cras critiquent trois films récents, accompagnés de confrères journalistes. Verdict ! 

L'AVIS DE

Les deux spécialistes cinéma d'Europe 1, Mathieu Charrier et Bruno Cras, accompagnés cette semaine de Barbara Theate du Journal du dimanche et de Thierry Chèze de Studio Ciné Live, livrent leurs impressions sur trois sorties cinéma dans l'émission Un dimanche de cinéma. Sur le grill : Iris de Jalil Lespert, Tour de France de Rachid Djaidani et Planétarium de Rebecca Zlotowski.


  • Iris de Jalil Lespert (en salles depuis le 16 novembre)

Le pitch : "C'est l'histoire d'Antoine (Jalil Lespert) qui est un banquier très riche. Il déjeune dans un grand restaurant. Sa femme (Charlotte Le Bon) l'attend dehors et... elle disparaît. Il contacte la police, très inquiet. Pendant ce temps, on voit sa femme débarquer chez un petit garagiste (Romain Duris), le payer pour que ce dernier l'enferme et l'attache. Il doit ensuite appeler le mari puisque l’enlèvement orchestré par l'épouse vise à soutirer de l'argent au mari. Mais les choses ne se passent pas comme prévu."

>> L'avis de Bruno Cras : "Les trente premières minutes sont excellentes, bien filmées, et sont assez troublantes : on se demande qui manipule qui, si Charlotte Le Bon est bien la femme ou la maîtresse, et après, ça dégénère."

>> L'avis de Barbara Theate : "Tout est assez mauvais : les acteurs jouent assez mal. Ils ont l'air un peu perdus. Charlotte Le Bon n'est pas très crédible en femme fatale même si elle est très jolie à regarder. C'est de l’érotisme à deux balles. Je déconseille."

>> L'avis de Thierry Chèze : "C'est un remake d'un film d'Hideo Nakata qui s'appelle Chaos dont on peut dire au moins qu'il y avait quelque chose d'un peu sulfureux avec du suspense. Là, on c'est sur le principe de 'Attention, ce que vous voyez n'est pas ce que vous croyez que vous voyez qui n'est pas ce que vous croyez..." On tourne en rond. On s'en fout totalement. C'est gênant au niveau du jeu, au niveau de la réalisation. Filmer des scènes sado-masochistes demande quelque chose : un érotisme ou une gêne. Là, on est gêné de la manière dont s'est fait."

>> L'avis de Mathieu Charrier : "Là, Jalil Lespert s'est perdu. Parce qu'en plus, c'est prétentieux."

VERDICT : Raté.


  • Tour de France de Rachid Djaidani (en salles depuis le 16 novembre)

Le pitch : "C'est un film avec Gérard Depardieu et Sadek, rappeur dans la vie qui joue son propre rôle à l'écran. Dans le film, il y a un contrat sur la tête de Sadek, il s'expatrie donc chez Gérard Depardieu qui vit dans un milieu très modeste, qui est un peu réac', un peu raciste, islamophobe. C'est une caricature du Français beauf. Mais les deux hommes et les deux mondent vont se rencontrer. Ils partent faire ensemble le tour du France. Gérard Depardieu a promis à sa femme, avant qu'elle ne décède, d'aller peindre tous les plus beaux ports français. Ça devient un road-movie."

>> L'avis de Mathieu Charrier : "On aurait pu tomber dans l'écueil d'une rencontre ridicule entre un rappeur et un vieux beauf, or il y a des dialogues sur l'islam, sur la tolérance, sur l’assimilation, sur la vie que j'ai trouvés intéressants. Le film n'est pas parfait mais on passe un bon moment et on ressort en se posant nous-mêmes quelques questions sur nos préjugés."

>> L'avis de Bruno Cras : "Il y a un tout petit côté naïf, sentimental et de bluette qui me gêne un peu. Mais Depardieu est assez extraordinaire. Il génère une empathie malgré le rôle un peu difficile qu'il joue et le rappeur Sadek, dont c'est la première apparition au cinéma, est aussi assez extraordinaire parce qu'il joue juste et a une vraie présence. Le tandem est fort."

>> L'avis de Barbara Theate : "J'ai bien aimé partir sur les routes avec eux. Je trouve que la mise en scène est près des gens, des acteurs. On est vraiment avec eux. C'est simple, il n'y a pas de grandes phrases. Depardieu, qu'il soit Rodin ou un retraité, est toujours crédible. Il arrive à se réinventer à chaque fois. Il est très chaleureux."

>> L'avis de Thierry Chèze: "Il y a un genre dans le cinéma français qui est 'Gérard Depardieu part à travers la France'. Il y a eu Mammouth, Les valseuses, même Saint-Amour dans son genre. J'aime bien ce genre-là. Il y a deux Depardieu, celui qui gère les affaires courantes - et on le voit dans plein de films - et il y a Depardieu qui d'un seul coup s’intéresse à ce qu'il fait. Il suffit qu'il passe la deuxième et il est loin devant tout le monde. Je pense qu'il accompagne vraiment Sadek. Le réalisateur ne se perd pas. C'est un peu gentillet par moment mais c'est un "feel-good movie" qu'on a envie de voir sur ces sujets-là, qui n'est pas bêta mais qui dit des choses peut-être toutes simples mais qu'on a envie de réentendre parce qu'on les entend peu en ce moment".

VERDICT :  à conseiller


  • Planétarium de Rebecca Zlotowski (en salles depuis le 16 novembre)

Le pitch : "On est dans le Paris de la fin des années 30. Deux soeurs américaines (Natalie Portman, la grande, et Lily-Rose Depp, la petite) font un numéro de médium dans un cabaret. Elle sont repérées par un producteur de cinéma joué par Emmanuel Salinger dont le grand but est de capter sur un écran l'apparition d'un fantôme. Il va les héberger dans sa maison et c'est parti pour une grande saga."

>> L'avis de Bruno Cras : "Je trouve que Rebecca Zlotowski est un petit peu sur-évaluée. C'est un hommage au cinéma apparemment, parce qu'on voit beaucoup de films dans le film. Il y a plein de clins d’œil. Mais je n'ai pas bien compris l'histoire et c'est longuet. Je trouve que Natalie Portman crève l'écran et que Lily-Rose Depp est en dessous. On s'ennuie, il ne se passe rien."

>> L'avis de Thierry Chèze "Je vais défendre le film. Zlotowski a énormément d'ambition. Elle veut traiter beaucoup de thèmes, ceux évoqués, mais aussi la montée des nationalismes et du nazisme à travers ce producteur qui est juif. En 1h40, c'est trop court. Il n'y a pas le temps de laisser respirer le film. J'ai malgré tout été porté par la réalisation et la lumière que je trouve magnifique. J'ai été séduit par Natalie Portman qui, lorqu'elle joue en français, a un ton, une dureté que l'on retrouve assez peu dans les films américains. Et je trouve que Lily-Rose Depp a de la grâce."

>> L'avis de Mathieu Charrier : "Ce duo d'actrices fonctionne bien. Mais, globalement, je suis de l'avis de Bruno. Et la fin est très décevante."

>> L'avis de Barbara Theate : "Il y a trop de choses qui s'entremêlent et on l'impression qu'il faut atteindre le 48e degrés pour comprendre quelque chose à ce qui se passe, même si Rebecca Zlotowski a du talent."

VERDICT : très mitigé.