Cinéma : "De plus belle", "Les figures de l’Ombre" et "Chacun sa vie", trois films à l'épreuve des critiques

  • A
  • A
Partagez sur :

Chaque dimanche, Mathieu Charrier et Bruno Cras critiquent des films récents, accompagnés de confrères journalistes. Verdict ! 

L'AVIS DE

Quel(s) film(s) aller voir cette semaine ? Les deux spécialistes cinéma d'Europe 1, Mathieu Charrier et Bruno Cras, accompagnés cette semaine de Stéphanie Belpêche du Journal du dimanche, et de Gael Gohlen de Première, livrent leurs impressions sur trois sorties cinéma, dans l'émission Un dimanche de cinéma. Sur le gril : De plus belle d'Anne-Gaëlle Daval, Les figures de l'ombre de Théodore Melfi et Chacun sa vie de Claude Lelouch.


  • De plus belled'Anne-Gaëlle Daval,en salles depuis le 8 mars.

Le pitch : "Lucy (Florence Foresti) est guérie d'un cancer du sein mais elle a été très choquée par la maladie. Au début du film, on la voit dans une boîte de nuit et on sent qu'elle n'a pas le cœur à s'amuser. On va observer la renaissance d'une fille qui ne se trouve pas belle."

>> L'avis de Bruno Cras : "J'ai été touché. Je pense que cette maladie est quelque chose que la réalisatrice a vécu de près. C'est un cri du cœur, c'est touchant, émouvant. Florence Foresti va à fond la caisse. Elle n'hésite pas à s'enlaidir, joue bien. C'est un bon film, une comédie sombre."

>> L'avis de Gael Gohlen : "C'est foutraque, il y a trop de choses, ça déborde entre Mathieu Kassovitz, le motard tatoué, Nicole Garcia, sa chapelière.. C'est pas très bien écrit. Florence Foresti donne de sa personne mais je en suis pas très ému.

>> L'avis de Stéphanie Belpêche : "Ce qui m'a touché, c'est que c'est un film moins sur la maladie que sur le regard des autres. La relation qu'elle entretient avec Nicole Garcia qui lui fait ses perruques et qui lui apprend à retrouver confiance en elle alors que sa mère la casse en permanence est très intéressante. Nicole Garcia est très bien. Et avec Mathieu Kassovitz, on retrouve un peu l'amoureux transi craquant d'Amélie Poulain. Il est parfaitement crédible. Même s'il y a quelques clichés et que ça reste un peu en surface, ça reste balayé par les sentiments et on est quand même emporté."

>> L'avis de Mathieu Charrier : "Je trouve Florence Foresti incroyable, notamment dans les premières scènes du film où elle est enlaidie. On sent que Florence Foresti joue peut-être son propre rôle et qu'elle ne s'aime pas forcément physiquement dans la vie. Après, je n'ai pas cru une seconde à l'histoire d'amour entre cette femme et Mathieu Kassovitz, avec sa belle moto et qui enchaîne les conquêtes. Et la mère est un peu caricaturale."

VERDICT : pourquoi pas.


  • Les figures de l'ombre de Théodore Melfi, en salles depuis le 8 mars.

Le pitch : "C'est l'histoire de trois femmes afro-américaines aux Etats-Unis dans les années 1960. La ségrégation raciale n'est pas terminée. Elles travaillent toutes les trois à la Nasa, sont brillantissimes. Chacune à leur niveau, elles vont aider à envoyer le premier homme dans l'espace. Elles vont donc faire évoluer la cause des noirs et la cause des femmes."

>> L'avis de Mathieu Charrier : "C'est un film magnifique et très positif, presque un peu trop puisqu'on a l'impression que ce combat s'est fait sans trop d'obstacles."

>> L'avis de Bruno Cras : "C'est un 'feel good moovie', enfin un film où il ne se passe rien de mal. Ces trois filles sont tellement brillantes qu’elles s'imposent naturellement. La morale, c'est que lorsqu'on a la compétence et l'intelligence  - elle doivent quand même lutter double - on peut arriver à ce que l'on veut."

>> L'avis de Gael Gohlen : "Le film est gentil et c'est son principal défaut. Ça fait du bien, certes, mais le film est daté aujourd'hui. C'est sympathique, bien joué, avec une super musique de Pharell Williams. Mais le débat n'est pas là quand on voit ce qui triomphe aux Oscars ou ce que le cinéma indépendant peut nous donner à voir justement sur le problème du racisme américain. Il suffit de voir Le Treizième, un documentaire Netflix ou Je suis votre nègre qui va sortie bientôt sur Arte ou Moonlight

>> L'avis de Stéphanie Belpêche : "Elles n'ont pas le droit d'aller aux toilettes autrement qu'à l'endroit réservé aux noirs. Elles mettent 40 minutes pour aller au bout du campus aller-retour. C'est la scène la plus dramatique. La mise en scène est très académique au service d'une histoire édifiante au sens positif du terme. C'est aussi un film féministe mais c'est un film inoffensif."

VERDICT : gentil mais pas transcendant.


  • Chacun sa vie de Claude Lelouch, en salles le 15 mars.

Le pitch : "Claude Lelouch a expliqué qu'il s'était retrouvé à un procès d'assises pour voir son ami l’avocat Eric Dupont-Moretti. Et en voyant tous ces membres du jury, les juges, les assesseurs, il s'est demandé quelles étaient leur vie à chacun. Il fait donc un film choral où l'on suit pendant 1h45 les destins de différents personnages (avec Johnny Halliday, Jean Dujardin, Eric Dupont-Moretti, pas forcément dans leur propre rôle)".

>> L'avis de Bruno Cras : "J'aime beaucoup Claude Lelouch mais Chacun sa vie n'est pas un bon film. Tous ces petits morceaux de vie totalement décousus arrivent comme un cheveu sur la soupe. Des scènes sont même vraiment limites. Le montage est décousu. Finalement, c'est ni fait ni à faire. Il y a au moins une belle scène entre Dupont-Moretti et Béatrice Dalle."

>> L'avis de Stéphanie Belpêche : "Comme Bruno, je l'aime passionnément et j'avais adoré Un + Une, qui était touché par la grâce, et là je suis gênée. Les acteurs ne sont pas filmés à leur avantage, c'est très naturaliste. Il y a une accumulation de formules toutes faites et de situations artificielles."

>> L'avis de Mathieu Charrier : "Je suis globalement d'accord. Mais le film dure près de deux heures et je ne me suis pas ennuyé, je n'ai pas passé un mauvais moment. Il y a des petits moments assez sympathiques.

VERDICT : pas le meilleur de Lelouch.