Christophe : "A 14 ans, j'étais déjà vivant, je faisais des petits concerts, il y avait des filles"

  • A
  • A
Christophe : "A 14 ans, j'étais déjà vivant, je faisais des petits concerts, il y avait des filles"
Christophe.@ VALERY HACHE / AFP
Partagez sur :

Le chanteur des Mots bleus sort un nouvel opus, Les vestiges du chaos. Il était invité dimanche sur Europe 1.

Immersion dans l'univers de Christophe. On l'imagine flânant dans son appartement, caché derrière des verres bleus, même une fois le soleil couché. L'homme des Paradis perdus "travaille beaucoup la nuit, récupère un peu le jour." Son nouvel album Les vestiges du chaos sort dans les bacs le 8 avril. Il a raconté dimanche dans l'émission C'est arrivé demain, son processus de création.

"Ne pas emmerder les voisins". "Vers 19h, je travaille beaucoup le piano. Je peux aller jusqu'à 22h, 22h30 pour ne pas emmerder les voisins". Quand l'heure devient tardive, il explore Youtube pour "écouter des gens, découvrir des choses. Je suis toujours inspiré par les autres", indique-t-il. Ses recherches nocturnes lui donnent des idées pour ses concerts, "des choses qu'il visualise à l'intérieur comme un film."

"Fantasmes". A 70 ans, il continue de distiller sa poésie amoureuse d'une voix cristalline qui ne reflète pas cet âge. Christophe revient d'ailleurs vers l'enfance dans la chanson E Justo, enregistrée avec Anna Mouglalis. "Elle raconte les désirs d'un mec qui est en pension, qui rêve de femmes. Quand on a entre 10 et 13 ans, on commence à avoir des fantasmes, des choses intimes."

Précoce. Ce morceau est issu de sa propre rencontre, à 14 ans, avec une jeune femme qui en a 18 et qui travaille dans le cinéma. "Mes parents me voyaient tout le temps avec elle." Précoce ? Il n'y fait pas attention. "J'étais déjà vivant. Je faisais des petits concerts de blues, il y avait des filles."