"Cette polémique est absolument ignoble"

  • A
  • A
"Cette polémique est absolument ignoble"
Partagez sur :

L'éditrice de Frédéric Mitterrand, Betty Mialet, a tenu à défendre le ministre de la Culture qui se voit reprocher des écrits de 2005.

"Cette polémique est absolument ignoble. Il a tenu à être au plus près de sa vérité -ce qui est le propre de l’écrivain- et de tout dire dans la mesure du possible", a assuré, jeudi sur Europe1, Betty Mialet. L’éditrice de Frédéric Mitterrand chez Robert Laffont s’exprimait suite à la polémique qui entoure le livre du ministre de la Culture, La mauvaise vie, paru en 2005. D’abord un ouvrage à succès - près de 190.000 exemplaires - l’ouvrage est devenu en objet de scandale vilipendé notamment par le FN.

"Pour moi, ce n’est en aucun cas l’apologie du tourisme sexuel. De la pédophilie ? Certainement pas parce qu’il ne s’agit pas d’enfants - à aucun moment - mais d’êtres majeurs et vaccinés," a ajouté l’éditrice qui a tenu à préciser que le mot "garçon" utilisé dans le livre "est un mot employé dans le milieu homosexuel assez couramment pour parler du charme masculin. Il ne s’agit en aucun cas d’adolescents, de jeunes", a assuré Betty Mialet.

Betty Mialet prend la défense de Frédéric Mitterrand au micro de Marc Messier sur Europe 1 :

Dans La mauvaise vie, récit qualifié par un critique d'"autobiographie mi-réelle, mi-rêvée", le futur ministre revisitait son enfance choyée, son adolescence hantée par les blessures que lui vaut l'homosexualité. Il y décrit son goût pour la clandestinité, l'habitude prise très tôt de payer les étreintes des garçons et ces "foires aux éphèbes" où le mépris de celui qui est payé n'a d'égal que le mépris de celui qui paye.

Parmi les scènes en cause aujourd'hui : des pages dans des maisons closes de Thaïlande où des jeunes gens défilent devant des hommes venus du monde entier, des nuits pluvieuses à Djakarta où le narrateur cueille un "boy" aux allures de paysan athlétique. "L'argent et le sexe, je suis au coeur de mon système, celui qui fonctionne enfin, car je sais qu'on ne me refusera pas", écrit l'auteur, face à cette profusion de chair à l'étal.

Lors de sa sortie, le livre (éditions Robert Laffont) n'avait suscité aucune des critiques dont il est l'objet aujourd'hui.

> Mitterrand et le tourisme sexuel : la polémique rebondit