Ces Disney où les femmes ont le moins la parole

  • A
  • A
Ces Disney où les femmes ont le moins la parole
Dans le "Livre de la jungle", "Monstres et Cie" ou le dessin d’animation "Là-haut", la parole des femmes est presque inaudible.@ Capture. The Walt Disney Company
Partagez sur :

Les dialogues de trente films Disney ont été décortiqués. Résultat : l’égalité homme-femme en termes de temps de parole est loin d’être respectée.

Dans les films américains en général, et dans les Disney en particulier, ce sont les hommes qui ont la parole. Sur trente films Disney passés sous le bistouri de la publication américaine Polygraph, 22 ont la majorité de leurs dialogues portés par des hommes.

Les femmes ? On oublie. Dans le Livre de la jungle, Monstres et Cie ou le dessin d’animation Là-haut, la parole des femmes est presque inaudible. Moins de 5% des dialogues de ces films sont attribués à un personnage féminin.

Dans Toy Story, qui met en scène un groupe de jouets, le texte des personnages féminins représente 8% des dialogues. Et ce n’est pas la pauvre souris Bianca qui va relever le niveau. Dans Bernard et Bianca au pays des Kangourous 91% des dialogues sont en effet masculins !

Mushu tacle Mulan. Etre le personnage principal n’assure pas non plus aux femmes de l’ouvrir davantage qu’un second rôle masculin. Ainsi dans le dessin animé éponyme, Mushu le petit dragon gardien de la famille a plus de texte que Mulan elle-même.

Même constat dans La Belle et la bête et dans La petite Sirène, qui se fait couper la chique par le crabe Sébastien. Bon ici, cela s’explique un peu, puisque dans le film Ariel se fait voler...sa voix !

Alice la féministe ? Le chant des femmes porte tout de même dans certains des dessins animés des studios Disney. C’est le cas dans Vice et Versa, sorti en 2015, avec 64% de dialogues attribués à des personnages féminins et notamment à Joie. La jeune Alice se porte aussi à merveille. Elle a le rôle titre du dessin animé à son nom et sa voix résonne, tout comme celle de l'inquiétante Reine de cœur.

Une autre rêveuse s’en sort plutôt bien. Elle s’appelle Aurore. C’est elle la Belle au bois dormant. Dans ce film sorti en 1959, 69% des dialogues sont dits par des femmes! 

Des nuances. Polygraph apporte une légère nuance à ses résultats. La publication rappelle que ses calculs se basent uniquement sur les mots prononcés dans le scénario. Or le rôle des personnage ne passe pas seulement par le texte mais aussi par l'image et les gestes.