Centenaire de la bataille de Verdun : "Le paroxysme le plus horrible de la guerre"

  • A
  • A
Centenaire de la bataille de Verdun : "Le paroxysme le plus horrible de la guerre"
Environ 300.000 soldats sont morts au combat pendant la bataille de Verdun.@ EUROPE 1
Partagez sur :

Invité d'Europe nuit, l'historien Franck Viltard a participé à la rédaction du "Guide du Routard Grande Guerre 14-18, Les Chemins de mémoire", à l'occasion du centenaire de la bataille de Verdun.

INTERVIEW

C'est la bataille la plus symbolique de la Grande Guerre. La bataille de Verdun, qui a eu lieu entre février et décembre 1916, fête son centenaire cette année.

"La Grande Guerre a souvent été résumée à la seule bataille de Verdun". "Ça a été un affrontement terrible : on estime qu'environ 300.000 soldats sont tombés sur le sol de Verdun", explique Franck Viltard, historien, chargé de mission pour le centenaire de la 1ère Guerre mondiale au département de l’Aisne. "Ça a atteint le paroxysme le plus horrible de la guerre : des combats au corps à corps, dans les tranchées, à tel point que le souvenir de la Grande Guerre a souvent été résumée à la seule bataille de Verdun".

Entendu sur Europe 1
Quand on n'a pas été voir Verdun, on n'a pas vu ce que c'était vraiment, la Grande Guerre.

Verdun, "un passage obligé". Franck Viltard sait de quoi il parle : il a participé à la rédaction du Guide du Routard, Grande Guerre 14-18, Les Chemins de mémoire, et suivi pour l'occasion les traces des combats, des Flandres aux Vosges. "Les anciens disaient : 'quand on n'a pas fait Verdun, on n'a pas fait la guerre'. Je dirais que quand on n'a pas été voir Verdun, on n'a pas vu ce que c'était vraiment, la Grande Guerre. Verdun, c'est vraiment un passage obligé. Mais il y a aussi pleins d'autres sites intéressants, notamment dans la Somme, où il y a un cimetière chinois qui est tout à fait magnifique, puisque des Chinois ont également servi, employés par les Britanniques pour la logistique", détaille-t-il sur Europe 1.

Le monde entier a été bouleversé par cette guerre. Et d'insister sur la nécessité du souvenir, après la mort, en 2008, du dernier poilu français, Lazare Ponticelli. "La première guerre mondiale a complètement redessiné la carte européenne. Ça a bouleversé l'humanité. Il y a eu des Australiens, des Néo-Zélandais, des Indous, des Sud-Africains… Le monde entier a été bouleversé par cette guerre. Et surtout aujourd'hui, dans le contexte européen, il semble très important de rappeler le prix de la paix très chèrement payé par les soldats en 14-18. 1,4 million de soldats français sont morts pendant cette guerre, c'est incommensurable."