Ce que vous ne savez pas sur l'album "The No Comprendo" des Rita Mitsouko

  • A
  • A
Partagez sur :

Les tubes se collectionnent sur le deuxième album du couple Ringer-Chichin, sorti en 1986 : Les histoires d'A, Andy et C'est comme ça figurent sur le disque culte. 

L'ALBUM CULTE

En 1984 sort le titre phare Marcia Baila sur le premier album des "Rita", un tube sur le cancer. Le thème donne le ton : on sent d'emblée que ces deux là, Catherine Ringer et Fred Chichin, seront un peu différents. Quand arrive leur deuxième album, leur amour fou transpire toujours autant, leurs vêtements paraissent toujours aussi improbables et on les attend au tournant après le succès du premier opus. Cet album numéro 2, C'est The No Comprendo, l'album dont le Europe 1 Music Club dévoile l'histoire ce dimanche.

Du rock français décomplexé. La déception n'est pas au rendez-vous, bien au contraire. La critique adore, le public achète. C'est enfin du rock français en français et décomplexé. Le disque est auréolé de la Victoire de la musique du meilleur album en 1987 et du grand prix de l'Académie Charles-Cros. Si le groupe est un enfant du rock, quelque part entre le punk et le rockabilly, The No Comprendo est aussi plein d'une douceur un peu jazzy. C'est un peu la patte du producteur du disque Tony Visconti qui avait travailler notamment avec David Bowie. Sans oublier les guitares prodigieuses de Chichin.

Une admiration mutuelle. Après le succès de leur premier album, on aurait pu les imaginer avoir la folie des grandeurs, enregistrer en Amérique, dans un grand studio. Il n'en est rien. Chichin et Ringer travaillent chez eux, entre eux et ça suffit à faire du grand rock'n'roll, l'un entraîné par l'autre. Lui admirait ses talents de bête de scène, sa voix et sa fantaisie. Elle était complètement folle amoureuse de son génie de la guitare un peu taciturne qu'elle essayait tout le temps de dérider. Le couple a d'ailleurs cosigné 9 des 10 titres de l'album.

Cinématographique. Cet album, en plus du son est une histoire d'images. Le clip de C'est comme ça reçoit la Victoire du meilleur clip en 1987. Le cinéma s'empare même de la chanson. Dans la vie est un long fleuve tranquille, la famille Groseille chante le titre à tue-tête. Et puis, il y a Godard : le réalisateur a filmé Les Rita Mitsouko dans leur maison. Quant à Gainsbourg qui avait traité Catherine Ringer de "pute" sur un plateau télé, ce n'était peut-être pas aussi premier degré que le choc de la scène pouvait le laisser supposer.

Alors, oui, on peut concéder que les titres et les clips étaient un peu lunaires et parfois cryptiques, mais ces ingrédients ont aussi fait le sel d'un album culte sur lequel figurent les tubes de grands tubes tels Les histoires d'A et Andy.