Ce que vous ne savez pas sur l'album live "All this time" de Sting

  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Partagez sur :

En 2001, Sting se lance dans un album live peu spécial, d'abord parce que le concert a lieu dans la villa toscane du chanteur. Mais surtout parce que l'enregistrement a été prévu par le fruit du hasard le 11 septembre.

L'ALBUM CULTE

C'est la Toscane qui a été la terre d'enregistrement de cet album acoustique et plus précisément la demeure somptueuse de Gordon Matthew Sumner... alias Sting ! Comme toutes les rocks stars, le chanteur britannique a tout ou presque mais il souhaite quand même faire quelques chose de spécial. Il ne veut pas remplir les stades mais tout le contraire : organiser un tout petit concert dans son palais. L'album All this time naît de cette envie. Le Europe 1 Music Club raconte l'histoire de cet opus qui a effectivement été particulier au vu du contexte de son enregistrement.

Enregistré le 11 septembre 2001. Sting invite des musiciens du Brésil, des Etats-Unis, d'Argentine, d'Algérie, et même de France avec le batteur Manu Katché. Le groupe répète et rit. Une scène est spécialement construite dans la villa. le concert a lieu, le tout enregistré et filmé pour la sortie de ce live qui s'avère particulier à plus d'un titre. Non seulement, Sting revisite quelques-uns de ces tubes comme Roxanne en version tango, mais l'enregistrement a lieu à une date désormais gravée dans l'Histoire : le 11 septembre 2001.


Le set bouleversé. Hasard tragique du calendrier, à quelques heures de monter sur scène, Sting et ses musiciens voient s'effondrer les tours jumelles. Ils sont tous bouleversés, se réunissent pour décider s'ils jouent ou non. Le concert a bien lieu, comme un signe de résistance, mais avec des adaptations. Sting évince les morceaux joyeux et propose un set plus posé qui s'ouvre avec Fragile.

L'énergie malgré tout. L'émotion habite le concert. Sting ne sourit pas ou très peu, mais on sent au fil des morceaux une énergie qui affleure après abattement et la tristesse, et qui monte jusqu'au final de l'album avec Every breath you take.