Cantat : pas d'Avignon, mais une tournée

  • A
  • A
Cantat : pas d'Avignon, mais une tournée
L'ex-leader de Noir Désir a été condamné en 2003 à huit ans de prison après la mort de sa compagne Marie Trintignant@ MAXPPP
Partagez sur :

Le chanteur a annulé sa participation au festival d’Avignon, mais n’abandonne pas le projet de spectacle.

Bertrand Cantat ne participera pas au Festival d’Avignon, mais ne renonce pas à la tournée mondiale. L'ex-compagnon de Marie Trintignant, condamné à huit ans de prison pour l'avoir battue à mort en Lituanie en 2003, a cédé à la polémique et décidé "de ne pas participer aux représentations" Des Femmes - Les Trachiniennes, Antigone et Electre de Sophocle, a annoncé vendredi simplement dans un communiqué la compagnie de Wajdi Mouawad, qui monte ce spectacle. Chargé avec trois autres musiciens de composer la musique du chœur antique, il devait l'interpréter sur scène.

Pour autant, l’ancien chanteur de Noir Désir ne se retire pas du projet. Il en composera effectivement la musique et participera à la tournée française et mondiale du spectacle, selon les informations recueillies par Europe 1. Celle-ci commencera dès fin juin et passera notamment par Barcelone et Athènes. Surtout, la pièce transitera en France à partir de la rentrée 2011. Des dates sont notamment prévues à Brest, Nantes, Reims, Nanterre ou Lyon.

Patrick Penot, le directeur du théâtre des Célestins à Lyon, a déclaré au micro d’Europe qu’il refusait de « porter un jugement » et que Bertand Cantat avait "payé". "C’est maintenant aussi une question de conscience : à lui de voir si [sa présence sur scène] provoque des désordres tels que ça rend les choses impossibles". Le directeur du théâtre des Célestins dit encore que, "pour l'instant", il n’a pas constaté "de réactions du public" lyonnais, mais a estimé qu’il est "inévitable que nous en aurons dans quelque temps". Si la situation venait à "dégénérer", il reviendrait, au chanteur et au metteur en scène de « prendre leurs responsabilités".

La colère de Jean-Louis Trintignant

Depuis quelques jours, l'annonce de la présence de l'ex-leader de Noir Désir avait entraîné des réactions en chaîne. Jean-Louis Trintignant, le père de Marie, avait décidé jeudi d'annuler ses lectures de poèmes, Trois Poètes Libertaires du XXe Siècle, prévues au prochain festival.

"J'ai des scrupules. Je suis peut-être impudique en décidant de ne pas aller à Avignon et de parler des sentiments que j'éprouve. Mais je ne peux pas accepter de dire des poèmes dans le cadre du festival alors que Bertrand Cantat va s'y produire", s'était-il confié au Figaro ."Et ce qu'il a fait, c'est tuer une femme. Pour cela il a fait quatre ans de prison. Ne pourrait-il pas se faire discret? Il s'est révélé avec le drame. Je l'avais trouvé sympathique mais il a été incapable d'assumer quoi que ce soit après le drame, la mort de Marie en juillet 2003. Et aujourd'hui, c'est un homme que je déteste, et je vais dire une chose terrible, il s'est conduit comme une merde et il est l'homme que je déteste le plus au monde", avait expliqué Jean-Louis Trintignant au quotidien.

Cantat est "un assassin"

L'acteur François Cluzet, père d'un des enfants de Marie Trintignant, avait lui aussi vivement réagi. "Le problème de Bertrand Cantat, c’est qu’il a l’air de vouloir oublier ses responsabilités", a déclaré François Cluzet sur Europe 1. "Toutefois, il a payé. Il a fait de la prison, c’est un homme libre, il peut tout à fait faire n’importe quel métier. Mais c’est tout à fait désobligeant de voir que ce type-là va être à nouveau applaudi. Il est quand même, qu’on le veuille ou non, un assassin."

"Désobligeant qu'il soit à nouveau applaudi" :

Au Canada aussi, où des représentations de la même pièce de théâtre étaient prévues en 2012, la venue de Bertrand Cantat avait déclenché une vive polémique.