Bérénice Bejo : "C’est rare de connaître des premières fois à 40 ans"

  • A
  • A
Partagez sur :

L'actrice césarisée est sur les planches du théâtre Edouard VII dans la pièce Tout ce que vous voulez. Une expérience nouvelle de cette habituée des plateaux de cinéma.

INTERVIEW

Elle a décroché une nomination aux Oscars, un César pour The Artist, et un prix d’interprétation à Cannes pour Le passé. Bérénice Béjo, qui triomphe au théâtre Edouard VII aux côtés de Stéphane de Groodt dans la pièce Tout ce que vous voulez, était l'invitée, samedi, d'Il n'y a pas qu'une vie dans la vie.

Bercée par le cinéma. Née en Argentine, l'actrice arbore le très français prénom de Bérénice. "Mon père était fasciné par une nouvelle assez étrange et diabolique d’Edgar Allan Poe qui s’appelle Bérénice et ma mère adorait les constellations, dont une s’appelle 'la chevelure de Bérénice'." Un choix qui démontre l'intérêt de ses parents pour la culture. Ceux-ci fuient la dictature militaire quand Bérénice Bejo a trois ans. La famille s'installe à Montmartre, "à l’époque très populaire". 

A la maison, on ne regarde pas la télévision mais la collection de 4.000 cassettes de films de Miguel Bejo. Elles permettent des week-ends de visionnages de classiques du cinéma, "beaucoup de westerns, des comédies musicales". C'est dans cet environnement que l'envie de jouer vient très jeune à la future actrice, "vers 4-5 ans". Gérard Jugnot réalise ce rêve d'enfance en offrant à Bérénice son premier grand rôle dans Meilleur espoir féminin. Pour ce film, le père de l'actrice travaille comme "étalonneur-rush". C'est-à-dire que c'est lui qui équilibre les couleurs et la densité des images, mais c'est aussi lui qui voit en premier les images tournées chaque jour par sa fille, qui confesse "l'avoir appelé pas mal de fois" à l'époque pour se rassurer.

Ça fait peur de jouer devant des gens que vous ne connaissez pas, qui rient, commentent. C’est complètement nouveau.

Complimentée par Meryl Streep. Elle ne le fait quasiment plus aujourd'hui, même si son père travaille toujours sur les films dans lesquels elle tourne, notamment ceux réalisés par Michel Hazanavicius, le mari de la comédienne. The Artist est de ceux là. Elle confie avoir été un peu spectatrice du temps des récompenses, qui ont surtout auréolé son mari et Jean Dujardin, son partenaire dans le film. Le marathon des Oscars lui a quand même offert cette phrase de Meryl Streep : "Aucune actrice n’est assurée d’avoir un rôle comme ça dans sa carrière." A l'inverse, elle a reçu le prix d'interprétation féminine à Cannes pour Le Passé alors qu'elle ne s'y "attendai[t] pas du tout."

Depuis la rentrée, c'est le théâtre et non plus les plateaux qui font son actualité. Dans la comédie romantique Tout ce que vous voulez, elle est Lucie, écrivain à succès, qui va trop bien pour avoir à nouveau de l'inspiration. Un jour, son bain déborde, et elle rencontre alors son voisin, Thomas, qui va un peu s’incruster chez elle, et lui insuffler l'inspiration. "Les 5-6 premières représentations, j’étais dans un état assez lamentable. Ça fait peur de jouer devant des gens que vous ne connaissez pas, qui rient, commentent. C’est complètement nouveau. Ça fait du bien aussi. C’est rare de connaître des premières fois à 40 ans." 

"Trop de choix, trop de films". En parallèle, elle prépare un spectacle vivant pour les 14 et 15 octobre au théâtre-Sénart, autour du Sacre du printemps de Stravinski, mais pense toujours dans la journée "au théâtre du soir. C’est un rendez-vous particulier d’aller jouer une heure et demie. Au cinéma, vous jouez trente secondes, vous arrêtez une heure. Vous sortez tout le temps du personnage."

Et alors qu'elle dit aller peu au cinéma parce qu'"il y a trop de choix, trop de films, je trouve qu’ils se ressemblent tous beaucoup", elle reste fidèle à ceux de son mari. Toujours "famille", elle joue aussi un petit rôle dans le film de son beau-frère, Serge Hazanavicius, avec Kev Adams et Vincent Elbaz. Il semble que le cadeau que lui avait fait Gérard Jugnot au début de sa carrière ait été prophétique. C'est une boussole sur laquelle est écrit "Bon courage sur la route des étoiles".